Yémen: au moins dix enfants tués alors qu’ils rentraient de l’école

Aisha et Ashjan, deux petites filles, ont été blessées dans l'attaque.

Aisha et Ashjan, deux petites filles, ont été blessées dans l’attaque.

Michele Trainiti, coordinatrice de projet à Taiz, livre son témoignage.

« Nous sommes arrivés dans la région d’Al Hurair, dans la ville de Taiz, le mardi 19 janvier après avoir reçu un appel d’un contact sur place. Celui-ci nous a dit qu’une attaque aérienne avait touché des enfants et un professeur et qu’ils avaient besoin de notre aide pour soigner les blessés.

Nous nous sommes immédiatement rendus sur place, à proximité des lignes de front qui entourent Taiz, pour fournir une assistance médicale aux blessés. Selon les mères de deux fillettes blessées et quelques autres passants, dix enfants et un professeur sont morts et trois autres enfants ont été blessés durant cette attaque, qui visait probablement un tank militaire à Al Houban. Apparemment, les enfants rentraient de l’école quand la frappe aérienne a eu lieu.

Selon l’une des mères, les enfants revenaient de l’école quand ils ont croisé un tank et ont entendu le sifflement d’une bombe qui approchait. Il y a eu une grande explosion et les enfants ont été projetés en l’air. Aisha, ma fille, ne se rappelle plus de rien après cela.

Les enfants n’étaient pas vaccinés contre le Tétanos

Cet endroit se situe sur une dangereuse ligne de front où de combats violents ont régulièrement lieu. Quand nous sommes arrivés, nous avons vu un terrain vide, sans aucune construction. Nous avons juste observé un tank en train de brûler et, au sol, quelques cahiers déchirés et du papier partout. Des habitants de la région nous ont dit que les enfants avaient été conduits à l’hôpital d’Al Rufai.

En nous rendant à l’hôpital, nous avons croisé deux familles sur des motos avec deux fillettes blessées que le centre médical avait laissées sortir et qui rentraient chez elle. Elles étaient toujours couvertes de sang et souffraient de blessures causées par des éclats d’obus. Elles avaient mal et l’une d’entre elle était clairement en état de choc. Nous avons discuté avec les familles et avons constaté que les enfants n’avaient pas été vaccinées contre le tétanos. Nous avons donc décidé d’envoyer les fillettes blessées à l’hôpital mère-enfant de MSF à Taiz.

A nouveau, les civils sont les premières victimes

Les deux fillettes ont passé la nuit en observation à l’hôpital et, aujourd’hui, nous avons décidé de les transférer à l’hôpital du Golf pour qu’elles y soient opérées correctement. Aisha (13 ans) souffre d’une fracture du pied – une intervention chirurgicale est nécessaire pour interrompre l’hémorragie dans sa jambe gauche. Et un gros corps étranger est venu se loger dans le genou d’Ashjan (7 ans) – il est rentré par l’arrière de cuisse et doit être retiré chirurgicalement. Les deux mères sont très angoissées et s’inquiètent de l’état de leur enfant. Encore un triste exemple de civils piégés au milieu de cette guerre aveugle qui est en cours. »

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans coordinateur des opérations, echos du terrain, EN PHOTOS, enfants, Non classé, Récit du terrain, Yemen, Yemen, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>