Préparez vos vacances vinicoles

DSC_0161_2

Du vin, une destination

Et si, à la faveur de nos vacances, nous posions nos valises à Lisbonne, la cité de la « nouvelle movida » de ces dernières années ?

De là, en voiture Simonne et en route pour découvrir les routes d’une vaste région, grande comme la Belgique, peuplée de seulement un gros million d’habitants. L’Alentejo est la plus grande des région viticole portugaise, elle représenté un tiers de la surface totale du pays, mais à peine dix pour cent de sa population.

À l’origine, le nom, Além-Tejo, signifie littéralement « au-delà du Tage », le fleuve qui coupe le pays et se jette dans l’océan à hauteur de Lisbonne en passant sous le célèbre pont Vasco de Gamma. Cette région est caractérisée par le mélange des cultures romaine et arabe ainsi que des témoignages plus récents du christianisme. Au nord–est se trouvent les villes et villages typiques de la Route des Châteaux : Nisa, Castelo de Vide, Marvão, Portalegre (renommée pour ses tapisseries) et Alter do Chão. En allant vers le sud, le paysage se fait plus aride. Dans les environs d’Evora (une des plus belles villes du Portugal, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO), il faut visiter Monsaraz, Vila Viçosa, Estremoz ( et ses carrières de marbre) et Arraiolos (réputée pour ses fameux tapis tissés à la main). En mars 2008, la plus grande centrale photovoltaïque du monde a été mise en service à Amareleja. Ça vous fait quand même un joli paquet d’excursions en perspective. Mais pour caractériser plus simplement la région en été, il faut parler couleur. Les herbes sont jaunes, le ciel est bleu dense, avec, de ci de là, un nuage égaré au grès d’un vent joueur. Les arbres sont verts dans leurs ramures, et noirs ou jaune pâles sur leurs troncs suivant les moments de la récolte des écorces des chênes lièges. Car c’est dans cette région que l’on trouve l’essentiel de la production nationale de ce produit magnifique. Ajoutez des petits points roses qui bougent au grès de leur quête de gland. Oui, vous avez bien vu, c’est ici aussi que l’on croise quelques un de ces savoureux porcs ibériques qui donnent en Espagne le fameux Pata Negra qui se nomme en langue locale Porco Pretto. Bref, vous n’avez aucune raison de ne pas découvrir la région, d’autant plus lorsque l’on ajoute la richesse et la diversité des productions viticoles locale. En matière de vin, à mon sens, la région offre beaucoup de similitudes avec le Languedoc. On est, là-bas comme ici, dans un laboratoire à ciel ouvert, les variétés locales sont vinifiées seules ou assemblées à des variétés internationales. C’est probablement la région du pays ou l’on trouve le plus de ces cépages mondiaux, mais c’est en complément des raisins indigènes qu’ils donnent les résultats les plus intéressants. Le Portugal est le paradis de l’assemblage, c’est même l’essence de la culture locale. Il faut dire que les vins de la région ont considérablement changé depuis le début des années nonante, on est passé de la lourdeur sans finesse marquée par un soleil parfois excessif à des vins bâtis sur la finesse et où l’on maitrise les morsures de l’astre céleste avec beaucoup de talent. Quelques grands producteurs locaux, d’Alexandre Relvas junior à Joao Portugal Ramos en passant par la quinta do Monte da Ravas Queira portent aujourd’hui haut les couleurs de cette région de grand devenir !

Leave a Comment