July the 4th à Cody, capitale mondiale du rodéo

Wyoming 7

Je dois confesser une certaine fascination pour l’épopée des États-Unis et, d’abord, celle de la conquête de l’ouest. Du coup, je vous emmène célébrer l’Independance Day américain au pays des cowboys – précisément à Cody, la ville fondée fin 19e par William F. ‘Buffalo Bill’ Cody, figure légendaire du Far West qui a laissé son nom à cette bourgade typique du Wyoming. L’Ouest, le vrai, commence dans cet Etat formé de grandes étendues plus ou moins sauvages et parsemé de ranches, où paissent encore d’immenses troupeaux de bisons. Et dont le sport national est le rodéo.

Rude, sec, viril : tel est ce Wyoming où la romancière Annie Proulx situe l’action de son Brokeback Moutain. Sur l’Interstate-90 qui y conduit en venant de l’est, un immense cow-boy de plexi auréolé de néons souhaite la bienvenue Where the west begins.

À Cody, en ce 4th of July, c’est l’effervescence. Comme dans tous les States sans doute, mais il règne ici une atmosphère d’une autre époque. Old-style. Dans les rues calquées sur la trame des anciennes villes du Far West, à savoir une grand’rue bordée de boutiques et de saloons aux portes battantes, longée par des ruelles secondaires résidentielles, on ne croise que des cowboys. Santiags aux pieds, Stetson au front, chemise à carreaux, foulard noué autour du cou, éperons rutilants… Il ne leur manque que la ceinture revolver – et encore.

Ce n’est pas un déguisement : tous sont venus acclamer, sinon participer au plus grand rodéo annuel du pays. En tenue de circonstance. Les meilleurs cavaliers issus des quatre coins des USA et d’ailleurs. Pendant trois jours, ils – et elles ! – vont s’affronter sur le dos de montures sauvages, purs-sangs farouches et taureaux gonflés aux anabolisants. Certains y laisseront quelques côtes, sous les vivats d’une foule en délire, gavée de poussière, de bière et de viande grillée sur des centaines de barbecues enfumés. Débutants s’abstenir ! Ames sensibles aussi.

RodéoRodéo à CodyDe la frontière avec le Dakota, l’I-90 file vers Cody à travers les grandes plaines. Avant d’arriver à la petite chaîne des Bighorn Moutains, qui marque la césure entre le pays des ranches et les terres volcaniques conduisant au mythique Yellowstone, plus à l’ouest. Entre les pâturages envahis de vaches, de chevaux, de bisons et de chiens de prairie et le territoire des grizzlis et des loups.

Wyoming 1Les monts Bighorn culminent à 3300 mètres. Moins connus, donc plus paisibles que les Rocheuses voisines, ils offrent aussi des paysages à couper le souffle. But de la journée : la Medicine Wheel, une antique formation circulaire de pierres monolithiques qui rappelle certains sanctuaires bretons. A 3000 mètres, au terme d’une marche un brin harassante, surprise : on croise des familles entières de Native Americans, comme ils s’appellent eux-mêmes. Les (amér)indiens viennent ici de partout pour communier avec les esprits. Cent tribus vénèrent l’endroit, nous affirment-ils.

Touchante rencontre avant celle des cowboys de Cody, dans la vallée. Deux mondes aujourd’hui interpénétrés mais qui conservent chacun leurs traditions. Dans la ville fondée par le colonel William Frederick Cody, pionnier du Poney Express et impitoyable chasseur de bisons, les indiens en costume d’époque s’exhibent surtout au Buffalo Bill Historical Center, magnifique musée dédié à la conquête de l’Ouest, et dans les manifestations visant à reconstituer cette sanglante épopée. La ville accueille d’ailleurs vers la mi-juin le Plains Indian Museum Powwow, l’un des plus grands rassemblements annuels dédiés à la culture des indiens des plaines.

Mais aujourd’hui, c’est la fête nationale. Et si l’autoproclamée « capitale mondiale du rodéo » concentre ces jours-ci les meilleurs cavaliers de l’ouest, elle en accueille un (de rodéo) tous les soirs en été, de juin à août. Les arènes locales peuvent accueillir jusqu’à 6.000 spectateurs en plein air. Il faut les voir chanter l’hymne national en chœur et la main sur le cœur, après la prière rituelle des candidats au casse-pipe. Atmosphère surannée, ambiance survoltée. Ce soir, c’est le feu d’artifice.

PhB

Plus d’infos (et réservations) : http://www.codynightrodeo.com/events.html

Où loger fun ?

Le Parson’s Pillow B&B offre des chambres d’hôtes dans la plus ancienne église méthodiste de Cody. +1 800 3772348 – ppbb@tribcsp.com

Le kitchissime Irma Hôtel a été construit en 1902 par Buffalo Bill pour sa fille. Demander une chambre d’époque. +1 800 7454762 – irmahotel@bresnan.net

Voir aussi les précieuses infos de roadtrippin.fr

 

Vous aimerez aussi :

Cette entrée a été publiée dans Amériques, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire