L’Américain le plus glouton du monde

D’accord, ce n’est pas franchement gastronomique. Mais dans le genre folklorique, ça vaut le détour. Comme l’ont délicieusement répercuté mes collègues du Vif Week End, la fête nationale américaine est aussi, depuis plus d’un siècle, l’occasion d’élire l’Américain le plus glouton – ainsi désigné au terme du concours national du plus gros mangeur de hot-dogs. C’est le bien surnommé Joey “Jaws” Chestnut qui l’a emporté pour la 7e année consécutive en enfournant pas moins de 69 pains-saucisse en 10 minutes chrono.

Il y a quelques années, lors d’un reportage sur l’obésité au pays où elle bat tous les records, j’avais eu l’indigeste privilège d’assister à une finale régionale de ce peu ragoutant concours. C’était à Norfolk, la grande base navale de Virginie. Souvenirs.

« Mangez tout ce que vous pourrez avaler »

« Il en a avalé dix-huit et trois quarts ! Record de Virginie battu ! »

Tonnerre d’applaudissements, la foule est en délire. « Buffalo (« Bison ») Jeffries remporte haut la main la finale de l’Etat, c’est lui qui défendra nos couleurs à la grande finale nationale. N’oubliez pas : elle sera retransmise en direct à midi pile sur ESPN, le 4 juillet, jour de la fête nationale. »

Montagne de chair dont le tee-shirt barré de la mention Eat all what you can eat (mangez tout ce que vous pourrez manger) retient difficilement la bedaine démesurée, le vainqueur n’en revient pas. « Jamais je n’aurais cru l’emporter », articule-t-il péniblement entre deux hoquets, sous l’oeil incrédule de sa compagne, une blonde chétive qui balance entre le rire et les larmes.

Moyenne pondérale : + de 120 kilos

Norfolk, base de la marine américaine en Virginie. Pendant que sur les quais, la fête annuelle du port bat son plein sous un soleil de plomb, des flots de Budweiser et des montagnes de brochettes et de fritures de poissons, une partie du public familial s’est déplacée au coeur du McArthur Shopping Center, le Mall géant de la ville. C’est là que s’affrontent les vingt jouteurs du jour, moyenne pondérale largement supérieure à 120 kilos, finalistes locaux du concours du plus gros mangeur de hot-dogs. Le vainqueur gagnera le droit de concourir au niveau national. Et une coupe presque aussi volumineuse que lui.

Hot-dog contest 1

Hot-dog contest 2 Hot-dog contest 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Concours de gloutonnerie à Norfolk : le vainqueur a ingurgité 18 hot-dogs, sandwiches et ketchup compris, en 12 minutes. © Philippe Berkenbaum

 

Douze minutes pour engloutir le plus possible de saucisses plantées dans un sandwich mou et tartinées de ketchup, que les gloutons trempent dans l’eau pour les avaler plus vite sous les vivats de centaines de spectateurs, dont deux clochards en retrait qui en bavent. L’Amérique a déclaré la guerre aux obèses, mais les tournois de gloutonnerie n’y ont jamais été si populaires – qu’ils soient organisés ou non par la Fédération internationale de compétition alimentaire, dont le siège est à New York.

Des spare-ribs aux écrevisses

Il n’y a pas que les hot-dogs. A grandes bouchées, on s’affronte aussi devant des montagnes de hamburgers ou de spare-ribs, ou encore de spécialités régionales : écrevisses en Louisiane, épis de maïs dans le Midwest, huîtres dans le Connecticut, piments au Nouveau-Mexique et crêpes en Pennsylvanie… Eliminatoires en juin, finales début juillet. Certaines compétitions remplissent des stades de 20.000 personnes et attirent des concurrents et les médias du monde entier.

A Norfolk en tout cas, le public est conquis. Au point de se farcir les restes de l’orgie, aussi froids que peu ragoûtants, à peine la proclamation des résultats terminée. Avant de foncer vers la dizaine de fast-foods du centre commercial, qui affichent tous complet pour l’occasion. Ce jour-là, les magasins diététiques – « low fat, low carbs » –, presque aussi nombreux sur les quatre étages de la galerie que les enseignes des grandes chaînes de restauration rapide, n’ont pas dû faire recette. Qu’à cela ne tienne : ils se rattraperont à coup sûr dès le lendemain.

PhB

(article paru dans Le Soir)

L’article du Vif Weekend

La vidéo de l’édition 2013.

 

 

 

 

 

Vous aimerez aussi :

Cette entrée a été publiée dans Amériques, Mise en bouche, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire