Un tour du monde à la portée de tous

(c) Shutterstock

(c) Shutterstock

Larguer les amarres et s’offrir un tour du monde… Vous en rêvez ? De plus en plus de voyageurs le font ! Si l’internet facilite grandement l’organisation d’une telle aventure, il faut dire aussi qu’elle s’est largement démocratisée ces dernières années, avec des billets d’avions de moins en moins coûteux. Dernière affaire à faire en date : l’offre d’Air New Zealand qui propose un billet « round the world » dès 1.400 euros. Taxes comprises.

Dans une enquête sur leurs « voyages de rêve », un lecteur sur quatre d’un grand quotidien français place un tour du monde en tête de ses envies. « La page ‘Tour de Monde’ de notre site web est la plus visitée », confirme Jean-Christophe Guérin, directeur général du voyagiste Continents Insolites, dont c’est l’une des spécialités. Et chez qui la demande s’intensifie. « On note des durées de voyage plus longues donc plus propices aux tours du monde, la volonté de s’offrir une pause dans sa carrière ou dans sa vie, en y associant souvent sa famille. » Il s’agit notamment d’entrepreneurs ou de titulaires de professions libérales « qui ont consacré beaucoup de temps à leur activité et voient le moment venu de s’offrir une parenthèse, presque des retrouvailles, en couple ou en famille. »

« Il n’y a pas deux projets pareils », témoigne Evelyne Birot. Elle dirige les Connaisseurs du Voyage, autre spécialiste qui organise un millier de tours du monde par an. « Chaque candidat au départ dessine le sien selon ses envies et son budget. » Le plus nouveau, ajoute-t-elle, c’est la clientèle de retraités qui achète des packages tout compris, avec l’aérien (souvent business), les hébergements et les excursions à chaque étape, pour des durées de 1 à 3 mois. « Les 20/25 ans partent un an en vol sec, les 40/50 ans un mois tout organisé… Chez les trentenaires, c’est plus varié : quelquefois un congé sabbatique de 4 à 6 mois accordé par leur patron. »

Budget éminemment variable, lui aussi, entre les jeunes capables de voyager un an avec 10.000 euros en poche avant d’entrer dans la vie active et les retraités qui « concrétisent une folie et sont prêts à dépenser entre 50.000 et 100.000 euros à deux pendant 6 mois. » Voire beaucoup plus. Si les agences voient grimper la demande, de nombreux globetrotteurs partent à l’aventure sans gros moyens, reliés au monde par internet et en partageant coups de cœurs, bons plans, trucs et astuces sur un blog créé pour l’occasion. Beaucoup font des émules, certains deviennent des références, tel novo-monde.com, couronné d’un Golden Blog Award vu « la mine d’information qu’il représente pour les voyageurs au long cours ». Conseils, infos pratiques, budgets, adresses se trouvent en ligne, à la disposition de tous. Sans parler de l’inspiration.

Air New Zealand crève… le plancher

Même chose pour les billets d’avions. Skyteam, Star Alliance et One World, les trois grandes alliances aériennes mondiales, proposent chacune leurs formules tour du monde dont le prix varie entre 2.000 et 3.600 euros, en classe éco, selon la distance totale parcourue, le nombre de stops et de continents survolés. C’est bien moins cher que la somme des billets allers simples entre chaque escale. Plus d’infos sur les Pass des Alliances aériennes.

Depuis quelque mois, la barre des 2.000 euros a encore été franchie… à la baisse, grâce à la compagnie Air New Zealand qui propose un billet « Round the World » à partir de 1.400 euros. A ce prix-là, vous avez droit à 4 stops parmi une dizaine de destinations sur une période d’un an. Les destinations concernées sont situées en Asie (Hong Kong, Shanghai, Tokyo, Singapour…), en Amérique du Nord (Los Angeles, San Francisco, Vancouver…), en Australie et en Nouvelle-Zélande, bien sûr, mais aussi dans les îles du Pacifique, du genre qui font vraiment rêver : îles Cook, Samoa, Tonga… D’autres destinations sont également permises moyennant un supplément : Tahiti, Nouméa, Fidji… Tous les vols sont enregistrés sur le même billet valable un an et, si vous changez d’avis en cours de route sur votre itinéraire, vous pouvez le modifier sans frais – sous réserve de disponibilité. Il est même possible d’atterrir dans un aéroport et de repartir d’un autre, par exemple si vous voulez séjourner dans une région pour la visiter par vos propres moyens.

En Belgique, ce billet est notamment proposé par l’agence Antipodes Voyages à Bruxelles, spécialisée dans les destinations australes. Elle vous aidera à affiner votre itinéraire et à y ajouter d’autres escales, selon vos envies et votre budget. « À partir de votre billet de base, vous pouvez faire ce que vous voulez mais c’est une question de prix, explique son directeur Marc Lambert dans la DH. Une escale supplémentaire aux îles Fidji coûte environ 150 dollars. Mais si vous souhaitez passer par Santiago du Chili ou l’île de Pâques, il faudra compter environ 2.000 €. »

A qui s’adresse une telle formule ? A tous les publics ! « Aujourd’hui, poursuit Marc Lambert, de nombreux voyageurs profitent d’une visite à un de leurs proches à l’autre bout de la planète pour faire un tour du monde. Plutôt que de faire l’aller-retour vers la Nouvelle Zélande, ils en profitent pour faire plusieurs escales. Les plus de 55 ans sont aussi adeptes de ce type de voyage mais partent généralement beaucoup plus longtemps, en amortissant éventuellement, le coût du billet en séjournant assez longtemps dans des pays peu coûteux comme la Thaïlande. Enfin, il y a ce qu’on appelle les “no kids, double income”, des couples de moins de 35 ans sans enfant, qui peuvent se permettent plus de luxe et de liberté. »

Philippe Berkenbaum

Lire aussi : 8 bons plans pour voyager pas cher

Et pour le Tour du Monde en chiffres, rendez-vous ici

Grande enquête les tours du monde en chiffres de tourdumondiste.com

Vous aimerez aussi :

Cette entrée a été publiée dans News, Trips & Tips. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Un tour du monde à la portée de tous

  1. Vincent dit :

    Dans le genre insolite à propos des tours du monde, ils avaient parlé d’une agence de voyage qui organisait des tours du monde dans un avion privatisé, sur 3 semaines, au pas de course! Cela avait l’air d’avoir pas mal de succès, notamment chez les retraités.
    Pour ma part, je préfère voyager tranquillement!

Laisser un commentaire