Svetlana Bolshakova, un an de souffrance et puis revient

Le plus grand moment de la carrière de Svetlana Bolshakova: sa 3e place à l'Euro 2010 à Barcelone. Copyright Belga.

Svetlana Bolshakova n’oubliera sans doute jamais la date du 5 juin 2011. Ce jour-là, à Rabat, c’est un monde qui s’est écroulé pour la triple sauteuse belge d’origine russe lors de sa sixième et dernière prise d’élan. Une douleur immense, comme si on avait donné un coup de sécateur à l’arrière de sa cheville gauche. Et un verdict impitoyable : déchirure complète du tendon d’Achille. « Sur le moment, quand j’ai réalisé, j’ai un peu pleuré, dit-elle. Mais cela n’a pas duré. Je ne voulais pas me laisser submerger par mes émotions. »

La force de l’habitude ? Qui sait ? L’athlète de Vilvorde avait déjà beaucoup donné avant ce nouveau coup du sort avec une opération au genou en 2007 et une rupture du tendon d’Achille droit en 2008, qui l’avaient longtemps écarté des stades. Elle savait donc, mieux que quiconque, les souffrances auxquelles elle allait devoir faire face.

« Je n’ai jamais douté que je reviendrais, assure celle qui était entrée en force dans les foyers belges en remportant la médaille de bronze lors de l’Euro 2010, à Barcelone, avec un bond à 14,55 m. Il y a eu forcément des jours plus difficiles que d’autres, où je me suis demandé si tout cela en valait vraiment la peine. Mais cela n’a jamais duré longtemps. Je n’ai jamais eu envie de tout laisser tomber. J’ai toujours eu l’ambition d’aller jusqu’au bout. »

Avec son entraîneur Michel Boels à ses côtés, elle s’est patiemment reconstruite. Elle a encore bien en tête les différentes étapes importantes de sa longue rééducation après son opération du 7 juin 2011. Son premier jogging en septembre. Ses premiers exercices de pliométrie en novembre. Son premier triple saut en mars. « Neuf mois sans un seul jour de repos car cela aurait été une journée de perdue. Qui ne reviendrait plus. » «Depuis que je m’occupe de Svetlana, c’est-à-dire depuis six ans, jamais elle n’a travaillé comme cet hiver », insiste Boels.

Pratiquement un an plus tard, ce lundi 28 mai, elle va retrouver un sautoir et son épreuve fétiche. « Cela fait douze mois que j’ai cette image en tête, celle de mon premier saut ! » C’est à Lokeren, dans un meeting confidentiel qu’elle a décidé de se lancer. Avec pour principale ambition, celle de retrouver ses marques et ses sensations. « J’ai une longueur dans ma tête mais je la tiens pour moi ! J’espère surtout être au point techniquement. Si tel est le cas, ce sera déjà une très belle première étape. »

Elle assure que rien ne la retiendra quand elle s’élancera pour la première fois, surtout pas la peur de la rechute. « Même si je suis consciente qu’il y a une différence entre l’entraînement et la compétition, j’ai suffisamment sauté ces dernières semaines pour ne plus avoir d’appréhension. Si je me retiens, cela n’ira pas. »

Car si elle attend ce meeting de rentrée (NDLR : elle a déjà sauté… mais en longueur lors des interclubs féminins il y a deux bonnes semaines) avec une grosse impatience, c’est aussi parce que le temps est aujourd’hui son plus grand ennemi. Pour aller aux Jeux olympiques, elle devra impérativement réussir 14,40 m avant le 7 juillet, date de sa dernière sortie à la Nuit de l’athlétisme de Heusden. Un bon mois pour réussir un exploit après un an d’inactivité, ce n’est vraiment pas grand-chose, d’autant qu’elle n’a dépassé cette distance que trois fois dans sa carrière…

« Pour tenter d’être le plus efficace possible, on a effectué quelques modifications techniques dans mes sauts pour que ceux-ci soient le moins haut possible, explique-t-elle. J’ai aussi beaucoup travaillé ma vitesse et je suis plus rapide qu’auparavant. »

Une détermination sans faille et un courage à toute épreuve : rien que pour ça, Svetlana mériterait que son improbable pari se transforme en réussite.

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>