Olivier Rochus, le caillou dans la chaussure du COIB

PHOTO BELGA/ERIC LALMAND

Olivier Rochus avait dû solliciter un arbitrage pour aller à Pékin il y a quatre ans. Devra-t-il retourner au procès cette année? PHOTO BELGA/ERIC LALMAND

Lundi, la commission de sélection du COIB va se retrouver face à son premier vrai dilemme sur la route de Londres. Elle va devoir se déterminer sur la pertinence d’envoyer ou non Olivier Rochus à ses troisièmes Jeux consécutifs.

On sait, depuis cette semaine, que le tennisman auvelaisien, désormais 61e mondial, a rempli les critères exigés par l’ITF, sa fédération internationale, à savoir figurer dans les 56 premiers du classement ATP « nettoyé » (avec un maximum de 4 joueurs par pays) au 11 juin 2012 ; en revanche, il n’a pas réussi ceux imposés par le COIB, c’est-à-dire atteindre une fois les huitièmes de finale dans un Grand Chelem ou les quarts de finale d’un Master Serie au cours des années 2011 et 2012. Un peu moins bien classé que lui, Steve Darcis, 71e, pourrait se retrouver dans le même cas de figure à la date du 28 juin, lorsque l’ITF annoncera la liste officielle des sélectionnés olympiques après avoir éliminé les joueurs blessés ou ne souhaitant pas aller aux Jeux (si, si, il y en a !). En revanche, Xavier Malisse, avec sa 84e place, sera sans doute trop loin. Lui, pourtant, avec son huitième de finale contre l’Australien Bernard Tomic, l’an dernier, à Wimbledon, avait réussi les critères belges…

Si le COIB se retrouve aujourd’hui face à cette situation délicate, quasi identique à celle d’il y a quatre ans, où Rochus et Darcis, d’abord écartés pour les mêmes raissons, avaient finalement forcé leur sélection pour Pékin via un arbitrage, c’est parce qu’il s’évertue, au nom de l’égalité entre toutes les disciplines, à imposer, en sus de ceux des fédérations internationales, ses critères propres, plus exigeants, soupesés avec minutie pour qu’ils soient équivalents dans chaque sport. Pour quelle raison ? Pour n’envoyer aux Jeux que des athlètes susceptibles d’atteindre le top 8. Il y a longtemps que participer n’est plus le seul objectif quand on va aux Jeux pour le COIB; il faut y prester. Et la Belgique, qui a instauré ses propres critères en 1980, est loin d’être le seul pays à agir de la sorte.

On peut discuter à l’envi de cette sévérité accrue car elle prive certains sportifs méritants de la récompense suprême ; selon un rapide calcul, entre 15 et 20 athlètes supplémentaires auraient obtenu leur sélection pour les prochains JO si on s’en était tenu aux critères des fédérations internationales. Mais, dans la plupart des cas, elle a été comprise et entérinée par les différentes fédérations belges lorsqu’elles se sont mises à table avec le COIB pour établir les critères en vue de Londres. Surtout que ceux-ci ont été sensiblement allégés par rapport à l’olympiade précédente. Le plus important d’entre eux est qu’il ne faut plus les réussir deux fois mais une seule, et pas forcément en 2012. Et qu’un repêchage est désormais possible pour les jeunes athlètes susceptibles de briller au sommet dans quatre ans, à Rio. Dans le cas particulier du tennis, aussi, les exigences avaient été assouplies puisque, en 2004, il fallait atteindre deux fois un quart de finale en Grand Chelem ou en Master Serie…

Une seule fédération a refusé de discuter : celle de tennis. Parce qu’ils estiment que l’on ne peut priver leurs représentants, qui sont tous professionnels, de la possibilité d’engranger les points ATP ou WTA qui y sont distribués, ses dirigeants ont décidé de ne s’en remettre qu’aux prescrits de l’ITF. Un joueur que celle-ci autorise à aller aux Jeux doit, selon eux, y aller. « Il y a même une forte pression de l’ITF en ce sens, précise Yves Freson, le président de la Fédération belge de tennis. Parce qu’elle souhaite que son tournoi soit le plus relevé possible. » Une position également soutenue par André Stein, le président de l’Aile francophone, par ailleurs administrateur et trésorier… du COIB – bonjour la schizophrénie ! – qui confirme que le dossier de Rochus sera présenté ce lundi.

Le joueur lui-même, qui aura l’occasion de venir défendre sa cause s’il n’est pas d’accord avec la décision qui sera prise, n’a pas voulu s’exprimer à la veille de celle-ci. « Je n’ai rien à dire sur les Jeux, nous a signifié Olivier Rochus par SMS. Il y a une réunion, puis on verra bien ! » On connaît cependant ses arguments : outre sa place de 61e mondial et sa disponibilité permanente pour l’équipe belge de Coupe Davis, il a rappelé que l’herbe (le tournoi olympique se déroulera à Wimbledon) était la surface où il était le plus performant. Un rapide coup d’œil sur ses résultats passés sur cette surface confirme qu’il y a obtenu, dans les tableaux finaux, 54% de victoires (41 matchs gagnés pour 35 perdus) depuis ses débuts sur le circuit, si l’on ne tient compte que des épreuves en Grand Prix. En revanche, sa saison actuelle est très moyenne puisqu’il n’a plus gagné un match depuis la fin du mois de mars.

« J’ai gagné ma vie avec des affaires difficiles !, s’esclaffe Philip Berben, le président de la commission de sélection du COIB, qui est juge dans la vie civile, quand on lui demande s’il s’attend à une journée délicate ce lundi. Nous allons travailler dans la droite ligne du mandat qui nous a été confié par le conseil d’administration. » Un conseil d’administration qui se réunira dans la foulée pour entériner… ou infirmer la décision de la commission de sélection.

Le COIB va-t-il le repêcher et se mettre en porte-à-faux avec la politique qu’il a appliquée à d’autres venus de sports moins médiatisés qui ont moins l’occasion de faire entendre leur voix ou aller au bout de sa logique et risquer le procès? Un jugement du tribunal de première instance de Bruxelles qui, en février dernier, lui a donné raison dans l’action qu’avait intentée à son encontre le marathonien Rik Ceulemans, privé des JO 2008, pourrait le réconforter dans son bon droit d’appliquer ses propres critères. Rochus, lui, aurait son arbitrage favorable d’il y a quatre ans comme jurisprudence.

Ah, on n’oublie pas de vous rappeler que David Goffin, lui, a eu bon des deux côtés. Le récent héros de Roland Garros est le seul joueur de tennis masculin belge à pouvoir déjà préparer les JO en toute quiétude !

18
Sur les 60 joueurs qui précèdent Olivier Rochus au classement ATP, 18 d’entre eux, soit 30 %, n’ont pas disputé de huitième de finale en Grand Chelem ou de quart de finale dans un Master Serie en 2011 ou 2012. Le premier de la liste est le Tchèque Radek Stepanek (ATP 26)… l’un des hommes que David Goffin a éliminés à Roland Garros.

Cette entrée a été publiée dans Sélection belge, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Olivier Rochus, le caillou dans la chaussure du COIB

  1. zébrafond dit :

    1 ou 2 dirigeants en moins pour se pavaner à Londres et il y aura de la place pour les vrais athlètes qui ont leur place aux JO

  2. Ex coach dit :

    Le prochain caillou dans le … maillot du COIB sera aquatique

    En effet, l’éviction ce 16/6 de Pholien Systermans du relais messieurs 4×200 NL qualifié pour les JO ne restera pas sans suite judiciaire.

    Alors que Pholien Systermans détient la 3ème meilleure performance belge 2012 sur cette distance (http://www.swimrankings.net/index.php?page=rankingDetail&rankingClubId=42463766&firstPlace=1 ) il se voit privé de sa place aux profits de 2 nageurs moins rapides …

    Le motif : un avis de la FINA qui privilégierait la sélection des nageurs ayant qualifié le relais. Le problème c’est que la non sélection de Pholien Systermans pour la course de qualification justement (aux championnats d’Europe en Hongrie) était déjà basée sur des motifs inconnus.

    La Fédération francophone de natation ne semblant pas s’émouvoir outre mesure de cette éviction d’un francophone au profit de nageurs néerlandophones, Pholien Systermans ne pourra compter que sur lui et … la justice belge pour conserver son “droit” au JO sur base des performances réalisées et non en fonction d’autres tristes critères …

  3. Ping : Olivier Rochus ne remplit pas les critères du COIB pour les JO | Actualités du Tennis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>