Joachim Bottieau, une remise en question pour un judo plus percutant

Joachim Bottieau avait termine 3e à l'Euro en 2012 et 2013. La passe de trois, ce vendredi, à Montpellier? Photo Belga.

Joachim Bottieau avait termine 3e à l’Euro en 2012 et 2013. La passe de trois, ce vendredi, à Montpellier? Photo Belga.

Il n’est pas le judoka le plus expansif de la bande mais derrière son calme de façade se cache une vraie « machine de combat ». A 25 ans, Joachim Bottieau va tenter, ce vendredi, à l’Euro de Montpellier, de conquérir une troisième médaille continentale consécutive dans la catégorie des moins de 81 kg après celles de bronze décrochées en 2012, à Chelyabinsk, et en 2013, à Budapest.

« On lui met un peu la pression, reconnaît Cédric Taymans, le directeur technique francophone. C’est sûr qu’on l’attend et que nous serions déçus s’il devait échouer. »

Fruit d’un projet familial au Judo Club Grand-Hornu, le club fondé par son père (et premier instructeur) Yves en 1989, où il a toujours évolué aux côtés de ses frères Jean-Yves et Jérémie, Joachim Bottieau, entré en pleine lumière en 2012, quelques mois avant les JO de Londres, où il avait été à deux doigts de forcer l’exploit, est aujourd’hui, derrière Dirk Van Tichelt, le meilleur judoka masculin belge en exercice. Et, classé 16e mondial et 7e européen en moins de 81 kg, il pourrait sans doute grimper quelques échelons supplémentaires s’il y mettait du sien.

« C’est vrai, admet-il. Je pourrais entrer dans le top 10 si je faisais plus de tournoi. Mais, sans que je sache très bien pourquoi, j’ai toujours du mal à me motiver avant les grandes échéances. Je suis toujours en-dedans ».

Joachim Bottieau, qui est en train de boucler ses études supérieures en sciences de l’éducation, à Mons, est cependant conscient qu’il devra se faire violence à partir du 1er juin, lorsque démarrera officiellement la course aux Jeux olympiques de Rio. A partir de cette date, en effet, il faudra accumuler un maximum de points dans les différentes épreuves du calendrier jusqu’en juin 2016 pour terminer parmi les 22 premiers (un judoka par pays) de sa catégorie.

« Disputer plus de tournois sera obligatoire », reconnaît-il, sans donner l’impression d’être perturbé par cette nouvelle donne.

Les remises en question, de toute façon, ça le connaît. L’an dernier, après avoir fini 7e aux Mondiaux de Rio, une place qui l’a un peu frustré, le Hennuyer a décidé de changer son fusil d’épaule et de revoir quelques fondamentaux dans ses séances d’entraînement.

« A Rio, j’ai senti que si je voulais gagner un jour une médaille au plus haut niveau mondial, il fallait que je monte d’un cran sur le plan physique et technique. Face aux meilleurs, ça ne passait pas. J’ai remis mon judo en question pour devenir plus offensif et plus puissant. »

C'est pour battre des adversaires du calibre du géorgien Tchrikishvili à g.) que Joachim Bottieau (à dr.) a repensé son judo. Photo  AFP.

C’est pour battre des adversaires du calibre du géorgien Tchrikishvili à g.) que Joachim Bottieau (à dr.) a repensé son judo. Photo AFP.

Pendant près de trois mois, à l’automne 2013, il a volontairement délaissé les compétitions et certains stages collectifs pour façonner son corps à l’aide d’un nouveau programme de musculation tout en continuant à travailler sa technique.

« J’ai mis un peu de temps à retrouver le bon rythme et à me remettre en mouvement quand j’ai repris, reconnaît-il. En janvier et février, je me sentais assez lent sur le tapis, j’avais du mal à retrouver mes sensations ». Heureusement, en mars, au Grand Prix de Samsun (Turquie), il s’est classé 5e, ce qui l’a définitivement rassuré avant l’Euro. « J’ai retrouvé mes capacités de réaction tout en travaillant plus en force qu’auparavant. »

Dans l’Hérault, il le dit sans ambages, il partira « pour le podium » même si les places seront chères. Dans sa catégorie, lors des derniers Mondiaux, tous les médaillés provenaient, en effet, du Vieux continent avec, dans l’ordre, le Français Pietri, le Géorgien Tchrikishvili, le Français Schmitt et le Russe Vorobev, ce qui prouve le niveau des moins de 81 kg en Europe. Et met un peu plus en lumière la portée de ses résultats lors des deux dernières éditions de ce rendez-vous continental…

Cette entrée a été publiée dans Judo, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>