Ketbi or not Ketbi ? Le taekwondo belge est divisé

En juin, à Bakou, Si Mohamed Ketbi avait reùporté la première médaille belge aux Jeux européens en décrochant le bronze. Photo Belga.

En juin, à Bakou, Si Mohamed Ketbi avait remporté la première médaille belge aux Jeux européens en décrochant le bronze. Photo Belga.

C’est une polémique dont le sport belge se serait bien passé à sept mois des Jeux olympiques… Alors qu’il a, l’an dernier, décroché le titre de vice-champion du monde de taekwondo à Chelyabinsk et une médaille de bronze aux Jeux européens à Bakou dans la catégorie des moins de 58 kg qu’il a, au bout de la saison, « qualifiée » pour la Belgique pour les Jeux de Rio, Si Mohamed Ketbi n’est pas encore sûr de pouvoir aller aux JO. Le jeune prodige bruxellois de 18 ans, véritable révélation 2015, 6e au ranking olympique de la World Taekwondo Federation et a priori « médaillable » en puissance aux JO, est, en effet, la victime indirecte de la réglementation différente souhaitée par les deux fédérations belges pour la sélection pour les Jeux.

Sa propre ligue, la francophone ABFT, aimerait d’ores et déjà le rassurer et lui garantir la place en vertu de ses récents et incontestables antécédents pour qu’il puisse se préparer en toute sérénité pour la grande échéance de cet été; la ligue flamande (VTB), en revanche, tout en garantissant à Ketbi un avantage au départ eu égard au fait qu’il a décroché la place olympique pour la Belgique, voudrait que cette place reste ouverte en moins de 58 kg jusqu’au mois de mai de manière à laisser l’occasion à un autre athlète qui ferait de meilleurs résultats que lui en 2016 d’être envoyé aux Jeux à sa place. Un athlète qui pourrait être Mourad Laachraoui (WTF olympique 21), un autre francophone, ou Salaheddine Bensalah (35), un membre de la VTB, qui semble revenir en forme si l’on se réfère à sa 2e place, en novembre, lors du dernier Euro réservé aux moins de 21 ans. Un Euro où Ketbi s’était, par ailleurs, imposé… mais en moins de 63 kg. On y reviendra.

Cet imbroglio aurait pu être évité si l’ABFT et la VTB s’étaient entendues au début de l’an dernier sur les critères de sélection « belges » que le COIB leur avait demandé d’établir. Mais elles ne sont tombées d’accord ni sur la durée de la période de sélection ni sur le niveau des tournois à disputer. Un blocage qui devrait perdurer d’ici à la fin du mois de janvier, date limite fixée par le Comité olympique qui a annoncé qu’il déterminerait lui-même le système de qualification si les choses restaient en l’état. L’heure, il est vrai, n’est plus à la tergiversation. « Ce que nous souhaitons pour Rio, c’est d’avoir le meilleur athlète possible, souligne Philippe Préat, l’un des membres de la direction sportive du COIB. Et le meilleur athlète doit avoir la meilleure préparation. »

Laurence Rase, la DT de la Ligue flamande, estime qu'on prend des risques en maintenant Ketbi en moins de 58 kg.  Photo Belga.

Laurence Rase, la DT de la Ligue flamande, estime qu’on prend des risques en maintenant Ketbi en moins de 58 kg. Photo Belga.

Pour Laurence Rase, la directrice technique de la Ligue flamande, un autre argument que les résultats de 2015 devrait aussi être pris en compte pour la sélection. Selon elle, Si Mohamed Ketbi n’est plus le même athlète qu’en 2015. En quelques mois, et en toute logique à son jeune âge, il a pris de la taille et du volume et aurait désormais toutes les difficultés du monde à « faire le poids » en moins de 58 kg et à y être performant. D’où sa participation en moins de 63 kg à l’Euro U21. Du coup, outre le fait qu’il risque d’arriver épuisé aux Jeux avec le régime infernal qu’il s’apprête à devoir suivre jusque-là et de ne plus être aussi compétitif que par le passé, le maintenir en moins de 58 kg constituerait, selon elle, « un vrai danger pour sa santé. Se rend-on compte des risques qu’on va lui faire prendre ? »

Eric Maréchal, le directeur technique francophone, ne nie pas que son poulain a plus de problèmes à faire le poids aujourd’hui qu’hier « même si cela a toujours été un challenge pour lui. » Mais lui garantir sa place aux Jeux le plus rapidement possible lui permettrait justement d’appréhender sur le long terme l’épreuve qu’il devra affronter « avec un encadrement compétent, notamment au niveau de la diététique. » Passer dans la catégorie supérieure n’aurait, par ailleurs, aucun sens. Au programme olympique, leur nombre est réduit et il devrait, le cas échéant, combattre en moins de 68 kg, catégorie où la Belgique est déjà représentée par Jaouad Achab.

« Le taekwondo moderne impose d’être grand et mince, ajoute Maréchal. Le facteur biométrique est important. Si Mohamed (NDLR : qui est l’un des plus grands de sa catégorie) est toujours à sa place en moins de 58 kg. Et puis, on a aujourd’hui une chance de bien le préparer, avec un entraîneur compétent, l’Argentin Leonard Gambluch, qui avait emmené l’un de ses compatriotes vers la médaille d’or olympique à Londres, il y a quatre ans. L’idée, c’est de travailler les points faibles de « Simo » ; si on le force à combattre toutes les semaines, il ne pourra pas le faire. Et c’est là qu’il sera « cramé » en arrivant aux Jeux… »

Le débat autour de Ketbi est arrivé jusqu’aux oreilles de René Collin (CDH), le ministre des Sports de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui ne comprend pas, vu son CV, que sa sélection puisse être remise en question. « Pour moi, s’il n’allait pas à Rio, il y aurait un problème au niveau de l’éthique sportive, affirme-t-il. Nous serons très attentifs à son sujet pour qu’il ne soit pas pénalisé et qu’il y ait, à un moment donné, l’intervention du COIB. »
Si on n’appelle pas ça une pression amicale…

Cette entrée a été publiée dans Jeux olympiques, Taekwondo, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>