Ce que l’athlétisme belge doit à Wilfried Meert

Wilfried Meert et le stade Roi-Baudouin, théâtre du Mémorial Van Damme: une association qui marche. Photo Pierre-Yves Thienpont/Le Soir.

Wilfried Meert et le stade Roi-Baudouin, théâtre du Mémorial Van Damme: une association qui marche. Photo Pierre-Yves Thienpont/Le Soir.

Cela devait forcément arriver un jour. Depuis ce mercredi 22 février, Wilfried Meert n’est plus le directeur du Mémorial Van Damme. Quelques mois après une 40e édition mémorable émotionnellement (plus que sportivement, il faut le reconnaître…), il a décidé de céder le relais à Cédric Van Branteghem, qui le secondait depuis un an et demi. Il ne claque pas la porte, puisqu’il continuera à rester la personne de référence dans les contacts avec la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), mais une page s’est malgré tout bel et bien tournée dans l’histoire du meeting bruxellois. « En aucun cas, je ne jouerai les belles-mères ! », a-t-il d’ailleurs précisé.

Même si on s’y était préparé, ce départ est en soi un petit événement. Dernier des sept « founding fathers » du Mémorial encore actif dans son organisation, « WM » – c’est ainsi qu’il s’annonce quand on tombe sur sa boîte vocale ! – semblait, en effet, éternel. Meert et le Van Damme, c’était comme Laurel et Hardy, Tintin et Milou ou l’Atomium et le stade Roi-Baudouin (même si certains à la Ville de Bruxelles pensent le contraire pour ce troisième exemple !). Quand on voyait l’un, on pensait inévitablement à l’autre et vice- versa. D’autant que le patron du meeting ne changeait pas – ou très peu. Reprenez les photos d’il y a dix ou vingt ans et vous verrez toujours le même homme, la même coupe de cheveux, le même bouc, les mêmes cravates parfois flashy et le même tour de taille ! Meert, au contraire de son « bébé », ne vieillissait pas.

A l’évocation de son âge – 72 ans depuis la semaine dernière -, c’est d’ailleurs plutôt l’admiration que la lassitude qui prévalait. Cela faisait quelques années, maintenant, qu’il s’était érigé comme le plus ancien (disons expérimenté !) organisateur de meeting du circuit et l’un des hommes les plus respectés de l’athlétisme mondial. Comme il a toujours fourmillé d’idées, on l’invitait régulièrement pour qu’il les partage en l’écoutant religieusement avant de lui donner souvent raison.

Il faut dire que sous sa direction, le Mémorial Van Damme a bien grandi. Posé sur les fonts baptismaux en 1977 pour répondre à la tragédie qu’avait représentée, six mois plus tôt, le décès d’Ivo Van Damme, 22 ans, tout frais double médaillé d’argent olympique, dans un accident de voiture dans le sud de la France, il a su dépasser le cadre de l’amateurisme sympathique pour devenir une vraie « machine » à laquelle il ne manquait pas la moindre once d’huile pour tourner. Au fil des ans et des 14 records du monde qui l’ont parsemé, le MVD n’a cessé d’innover pour devenir plus qu’un simple meeting d’athlétisme, un véritable événement : défilé des stars en voiture décapotables, accompagnement des courses de fond par des tambours rythmant les pas des athlètes, concert de fin de soirée, feu d’artifice, speaker sur la piste, courses originales, tout y est passé sans jamais dénaturer l’aspect purement sportif. C’est d’autant plus vrai que, idéalement placé au calendrier pour accueillir chaque année la finale de la Golden/Diamond League, il ne pouvait se permettre de faire passer le folklore avant le sport parce que le plateau était forcément l’un des plus relevés de la saison. Les plus grands athlètes de ces 40 dernières années y ont posé le pied, de Carl Lewis à Usain Bolt, en passant par Michael Johnson, Serguei Bubka, Seb Coe, Hicham El Guerrouj ou Alberto Juantorena.

Wilfried Meert a toujours eu un rapport privilégié avec les plus grandes stars de l'athlétisme, comme Usain Bolt. Photo Dirk Waem/Belga.

Wilfried Meert a toujours eu un rapport privilégié avec les plus grandes stars de l’athlétisme, comme Usain Bolt. Photo Dirk Waem/Belga.

Avoir un meeting comme le Mémorial sur son territoire a aussi été une bénédiction pour l’athlétisme belge et là n’est pas le moindre des mérites de Wilfried Meert. Non content de permettre au premier sport olympique d’avoir la plus belle des vitrines un jour par an à Bruxelles, il a aussi autorisé non seulement les meilleurs athlètes noir-jaune-rouge mais aussi ceux du subtop à venir se mesurer à l’élite internationale, ce qui reste l’une des meilleures écoles, en leur « offrant » un couloir et ce dans un stade comble. Des athlètes comme William Van Dijck, Vincent Rousseau, Patrick Stevens, Kim Gevaert, Tia Hellebaut, Cédric Van Branteghem, les Borlée ou Nafissatou Thiam ont tous connu quelques-unes de leurs plus belles émotions sportives sur la piste du Heysel ; pour rien au monde, ils n’auraient voulu manquer ce rendez-vous dans leur saison, même lorsque celle-ci était virtuellement terminée.

Et, à l’instar du tennis, où les quatre pays qui organisent un des tournois du Grand Chelem peuvent placer plus facilement leurs nationaux dans les trois autres manches, le fait d’avoir un meeting comme le Van Damme à Bruxelles a aussi permis à bon nombre d’athlètes belges de «rentrer » dans une des étapes de la Diamond League ou du challenge IAAF, même quand il n’y avaient pas forcément leur place ; un mot, un geste et Wilfried Meert faisait le reste à l’aide de son carnet d’adresses et de son téléphone !

Aujourd’hui, il va falloir faire sans lui… ou presque, tant on se dit qu’il ne disparaîtra jamais tout à fait. Ce ne sera pas la moindre des tâches pour l’homme appelé à lui succéder, même si l’équipe que « WM » a mise en place sera toujours là pour l’épauler. Pour que le Mémorial Van Damme, au stade Roi-Baudouin ou ailleurs, reste ce bijou que personne n’a envie de voir disparaître.

Cette entrée a été publiée dans Athlétisme, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Ce que l’athlétisme belge doit à Wilfried Meert

  1. Aguilar Angel dit :

    Merci grande amigo, gracias por tout,
    gracias amigo,
    Ángel, Chili

Répondre à Aguilar Angel Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>