22 mars 2013

Ne pas pavoiser trop vite…

Catégorie Non classé

La reddition et le transfert de Bosco Ntaganda représentent certainement un succès pour la CPI car le fait que les Etats Unis, qui ne sont pas signataires, pas plus que le Rwanda, aient accepté de coopérer avec la justice internationale, représente un précédent important, un avertissement pour d’autres criminels.
Cette issue de la cavale de « Terminator » réjouira aussi tous ceux qui luttent contre l’impunité et mettra peut-être un peu de baume au cœur des victimes.
Cependant, les populations du Kivu demeurent circonspectes : il y a trop longtemps qu’un chef de guerre en cache un autre, que les accords de paix, fondés sur l’amnistie et l’impunité, portent en germe de nouvelles rébellions. Il faudra que la pression internationale soit forte pour que Kinshasa s’interdise la solution de facilité, consistant à intégrer, sans autre forme de procès, les anciens mutins de Makenga et à récompenser leur chef, qui a permis la neutralisation de Bosco Ntaganda. Mais il faudra aussi, pour empêcher d’éventuelles récidives, que le rétablissement au Kivu de l’autorité de l’Etat s’accompagne de mesures concrètes : améliorer la gouvernance et la justice sociale, reconstruire une région sinistrée, permettre le retour des déplacés et des réfugiés. Sinon les prétextes de nouvelles guerres demeureront posés.