The King Of Limbs, premières impressions

Voilà, c’est ce moment. Radiohead, huitième, premières écoutes, premières impressions. Bien sûr, impossible de tenir un avis définitif après quelques écoutes seulement, mais une chose est déjà certaine, «The King Of Limbs» n’est pas un album facile d’accès. En fait, il s’agit peut-être de l’album le plus radical du quintette d’Oxford dans ses tentations electronica.

Huit longs titres linéaires, atmosphériques, quasi ambient desquels se dégage une rythmique multipiste et les complaintes vocales de Thom Yorke. Des sons électroniques froids et des détails sonores à foison et pratiquement aucune mélodie claire. On est clairement plus proche du monde de Autechre, Aphex Twin ou de «The Eraser», l’album solo de Yorke, que de «The Bends» et «OK Computer». En fait, même «Kid A» et «Hail To The Thief» sonnent radiomicaux comparés à «The King Of Limbs».

Tentative de décryptage piste par piste

Bloom et Morning Mr Magpie qui ouvrent le disque donnent le ton décrit plus haut. Longs titres ambient, rythmique drum ‘n bass et aucune mélodie à siffler sous la douche. A la fin du deuxième titre, Thom Yorke chante d’ailleurs, sarcastique: «Good Morning Mr Magpie/How are we today?/You’ve stolen all my magic/Took my melody». Ambiance…

Little by little est un peu plus directe. Elle retrouve en tout cas un riff de guitare, c’est déjà ça de pris. Avec Feral, on plonge franchement dans l’electro-ambient. Les détails sonores se multiplient et cette rythmique infernale, comme un million de fourmis qui bouffent le cerveau, mènent la danse. Yorke s’amuse avec sa voix, qui ne chante pas mais vient et repart avant qu’une basse énorme ne vienne s’imposer. Pas de refrain. On est clairement dans une logique de club ou de rave. L’élément pop est totalement délaissé.

Lotus Flower, le premier titre du disque à bénéficier d’une vidéo, poursuit dans l’abstrait, mais bénéficie d’une vraie ligne de chant et d’un semblant de refrain.

On retrouve des territoires plus connus avec Codex et Give Up The Ghost. Sur ces deux titres, la mélodie est au premier plan. La ligne de piano de Codex fait d’elle une petite soeur de Videotape, qui terminait «In Rainbows». Sur Give Up The Ghost, une guitare acoustique fait sa première apparition. Ce dernier titre sonne comme du «The Bends» sépulcral. Sensibilité retrouvée, lyrisme tout en retenue. Après deux écoutes, on en est déjà amoureux. Splendide.

Enfin, Separator termine le disque tout en douceur, sur des sons froids et une mélodie de guitare maigre.

«The King Of Limbs» n’est donc pas un album facile, loin de là. Il va diviser, c’est une certitude. Mais ce qu’on retiendra surtout, c’est que vingt ans après ses débuts, Radiohead n’est toujours pas rassasié. La bête cherche encore, dans son coin, en autarcie, à fouler des territoires toujours nouveaux. Et c’est à prendre ou à laisser.

On attend votre avis sur la question.

Didier Zacharie

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

59 commentaires

  1. admin

    18 février 2011 à 16 h 47 min

    Ce qu’ils en disent :
    Le NME : “The King of Limbs s’inscrit dans la continuité d’In Rainbows dans le sens où Radiohead a maintenant trouvé comment être expérimental sans sacrifier l’élément humain”.

  2. Pingback: Tweets that mention The King Of Limbs, premières impressions | frontstage/ -- Topsy.com

  3. chris

    18 février 2011 à 19 h 01 min

    J’apprécie la critique du Soir qui laisse la porte ouverte aux gouts de chacun et surtout à l’envie et au besoin de écouter et écouter encore cet album pas facile, comme chaque album du groupe. Le Soir ne fait pas comme Les Inrocks qui démontent (est-ce tendance de casser Radiohead?) dès la première écoute…
    Ce que je peux dire, c’est que je me souviens avec précision de chaque première écoute de chaque album du groupe. A chaque fois le sentiment était le même “vite une seconde écoute et une autre et une autre…” pour découvrir les trésors de chaque chanson. Ce qui n’est pas le cas de beaucoup de groupes actuels dont le cd se classe dans l’armoire dès la fin de la première écoute.
    Certains journalistes peuvent cracher dans la soupe, ce sont les mêmes qui, dans 10 ans, mettront King of the Limbs dans leur classement des albums de la décénnie comme ils l’ont avec Kid A ou Amnesiac très perturbants et critiqués à l’époque aussi…
    Et puis, 8 titres, ça me semblent peu…m’étonnerait pas que d’autres titres soient envoyés à l’improviste par le groupe…

  4. Emmanuel

    18 février 2011 à 21 h 00 min

    Je ne peux malheureusement pas être d’accord avec ces premières impressions (à réviser peut-être après de nouvelles écoutes). Le disque est ambitieux certes, mais il est immédiat dans l’émotion. Je ne vois pas le rapport à l’esprit club. Bien au contraire, il s’agit d’un sublime disque de pop contemplative : l’essence même de la pop, pour moi. Celle des Van Dyke Parks, Tim Buckley, Brian Eno ou Peter Hammill…

    Je trouve qu’il y a même une vraie tonalité soul dans la voix de Thom Yorke, et c’est peut-être une nouveauté par rapport à son approche vocale passée… Ceci dit, quelle que soit notre appréciation, l’enthousiasme est là, alors ne goûtons pas notre plaisir…

  5. Pascal

    19 février 2011 à 7 h 40 min

    Tout d’abord bravo pour cette brillante critique tant sur le fond que sur la forme. Je rentre avec délectation dans ma première écoute,

  6. Seb

    19 février 2011 à 11 h 19 min

    “The King of Limbs s’inscrit dans la continuité d’In Rainbows dans le sens où Radiohead a maintenant trouvé comment être expérimental sans sacrifier l’élément humain”.

    Ca résume assez bien ce que j’en pense…Il suffit
    de revoir avec plaisir la vidéo “Scotch Mist” pour comprendre la créativité accessible de “In Rainbows”…Je n’ai pas encore écouté la suite mais il en sera pareil…Radiohead ne réconforte pas son public, il l’emmène…Dommage que dans cet article pointe, comme souvent, la nostalgie d’une certaine époque du groupe…Un critique “rock” peut-il être un critique “électro”? Oui parce que la musique (de qualité) ne se classe pas, elle voyage et fait voyager…

  7. Anne-Sophie

    19 février 2011 à 12 h 13 min

    Un album sans doute difficile d’accès pour celui qui n’a pas suivi l’évolution de la carrière de Radiohead, c’est sûr.

    A mes yeux – je les suis depuis 1997 – une première écoute qui débouche sur un sentiment très positif. Radiohead est une fois encore parvenu à me faire énormément apprécier un titre dont les 20 premières secondes me laissaient une impression plutôt négative, tellement il y a d’inattendu. C’est une expérience que j’adore !

    Un album qui, alors que je connais bien le travail du groupe, est parvenu à me surprendre dans le bon sens du terme, un album réussi qui prolonge en effet ce qu’ils ont mis en place dans “In rainbows” (ou dans “The eraser” pour Yorke en solo). J’ai été bien moins déroutée qu’à l’écoute de Kid A, que j’avais trouvé trop radical. J’ai pensé hier que leur incursion dans le monde de l’électronique était définitivement réussie. J’en viens même à préférer les derniers albums aux premiers …

    Pour l’apprécier à sa juste valeur il faudra sans doute avoir suivi les étapes qui ont mené jusqu’à ce disque. Si on a ces étapes en tête, l’écoute de “The king of the limbs” se révèle selon moi … divine !

  8. aphex

    19 février 2011 à 14 h 20 min

    Le journaliste est prudent… et il a raison. Un petit surfe sur la toile nous fait lire de tout et notamment des critiques virulentes. Ça me rappelle une certaine (presqu’) unanimité négative de la critique autours de Kid A lors de sa sortue… qui est pourtant un chef d’oeuvre inégalé.
    je me laisse donc du temps pour King of Limbs. Un album de radiohead se découvre, s’écoute et se digère.

  9. |0

    19 février 2011 à 17 h 15 min

    “orry. I succumbed. It’s like Bono, minus the ‘charisma’. It’s rock music, minus any of those pesky dynamics you usually associate with the form. It’s like those irritating buzzing flies that always come into our kitchen around 5.30pm and buzz around the trails of blood until I get the electric badminton racket out. It’s drum’n'bass, watered down and made putrid for popular consumption. It’s rock music as mime: all the posturing and none of the substance. Or humour. It’s rock music as midlife crisis: premature and unwanted. It’s rock music as mud: grey, formless, useless. It’s Radiohead. And I do not like it.”

  10. Carl Poulin

    19 février 2011 à 20 h 58 min

    Je suis plutôt déçu de plusieurs critiques, notamment celle des Inrocks. Alors on est fatigué de crier au génie?! On veut faire changement?
    En ce qui me concerne, après quelques écoutes, j’ai l’impression de commencer à peine (même phénomène qu’avec In Rainbows) à pénétrer l’univers du disque. Y en a pour des semaines, des mois, avant de pleinement comprendre, goûter, toutes ces richesses élaborées avec infiniment de science et de talent.
    Certains s’ennuient de la mélodie facile?!
    J’espère que Radiohead continuera de peaufiner son art avec la même finesse, la même intelligence, pendant longtemps encore. Leur contribution est essentielle…

  11. stéphane

    19 février 2011 à 23 h 23 min

    Je me rappelle ma première écoute de kid A. Je me disais que ça ne pouvait pas être le nouvel album de Radiohead. J’en pleurais presque tant je ne voulais y croire. Des idées éparses, plus de refrain, plus cette voix chaude de Thom chantante. Je me rappelle encore dans quelle pièce j’étais et comment j’espérais que le vrai album sorte… Pour tout avouer je l’avais téléchargé bien avant sa sortie.
    Le jour-J je suis allé chez mon disquaire acheter le précieux, le vrai.
    En rentrant, je me suis aperçu que c’était la même chose. J’étais dépité. Ce moment à changé ma façon d’apprivoiser la musique.

    Aujourd’hui, je peux dire sans une once d’hésitation que kid A est le plus grand album de Radiohead. Parce que je l’ai compris, je l’ai digéré. Il m’a même obsédé.
    Radiohead, ce groupe que les gens aiment détester est définitivement le plus grand groupe de “jesaispaskoi”. J’ai pas encore trouvé de case. C’est peut-être simplement de “musique”.

    Juger à la première écoute est d’un prétentieux absolu. Ca voudrait dire qu’on connait tellement le groupe qu’on peut le capter à la seconde. Quelle belle connerie. C’est n’est pas un album de Coldplay ou de Keane qu’un écoute… mais alors vraiment pas!

  12. -^^-

    20 février 2011 à 1 h 03 min

    drôle d’album, prologement mutant d’In Rainbows, mais un album inégal, parfois brillant, parfois vain, voire gonflant. On y retrouve bcp d’influences anciennes, ignorées par le grand public, parmi lesquelles les sonorités soumarines d’Eno&Hassel, les ritournelles de Ph. Glass, les bruitages electro de Matmos, le tout dans une pensée en recherche en direct ligne de Can. Du beau monde en somme, modernisé et mélangé à du Radiohead… Intéressant, mais pas accompli, peut être même un peu autocomplaisant… Une phase de transition ? L’impact mediatique passé, pas sur qu’on le réécoutera souvent d ailleurs, il sera plus facile de lui préférer In rainbow, plus homogène, Kid A, plus novateur ou simplement l’incontournable OK computer qui les a mit au centre du monde du rock.

  13. Marcus Baccus

    20 février 2011 à 8 h 33 min

    RadioHead c’est Ze group chiant…
    Avec un “chanteur” pleureur avec une voix de canari
    insuportable.
    C’est vraiment pour les gosses de riches depressifs..

  14. Sébastien

    20 février 2011 à 9 h 31 min

    C’est un album de rupture…comme ce fut le cas pour Kid A / Amnesiac. In Rainbows (tout comme Ok Computer en son temps) est un album fédérateur, facile d’accès. Ici, avec Kings of Limbs, le public sera divisé. Certains vont suivre d’autres pas. Quoiqu’il en soit, je suis curieux de voir ce que ça donner en concert. Johnny Greenwood risque de passer encore plus de temps à chercher sur ses consoles que sur sa guitare…

  15. Jean Mainepaslarge

    21 février 2011 à 9 h 24 min

    j’avais prévenu que les kleenex allaient être de sortie…

  16. Gator

    21 février 2011 à 14 h 37 min

    J’ai parfois l’impression qu’on est très indulgent parce que c’est Radiohead. Je suis désolé de dire ça mais ma déception est à la hauteur de l’admiration que je porte à ce groupe extra-terrestre. Je ne m’exprime pas après une seule écoute distraite. J’ai écouté l’album un paquet de fois au calme, au casque et dans son intégralité et vraiment je suis énervé car à part quelques trop rares moments, je le trouve chiant, mais chiant ! Bien sûr, à force de l’écouté, l’oreille commence à s’habituer, et les débuts de morceaux me sont moins désagréables qu’à la première écoute, mais passé une minute de chaque piste, je m’ennuie d’une force. Alors l’argument qui dit qu’il faut énormément d’écoutes, je veux bien, mais dans ce cas, pour n’importe quoi, au bout de 100 écoutes on peut se familiariser et retenir quelque chose. Je me rappelle très bien que pour tous les albums précédents de Radiohead, aussi radicaux et barrés furent-ils, j’ai apprécier beaucoup de choses et j’ai eu une envie immédiate de m’y replonger. Là, je m’y suis replongés parce que je sais qu’il ne faut pas rester sur une 1ère impression avec Radiohead, mais c’était presque une corvée. Au bout de 10 écoutes au casques, je suis toujours saoulé, à part par les pistes 6 et 7. Je viens de me ré-écouter au casque Hail To The Thief et In Rainbows, quelle claque, quelle richesse. Et pas besoin de 200 écoutes pour avoir le poil qui se hérisse sur des titres comme Nude ou Weird Fishes. Je trouve qu’il y a un certains snobisme dans cette attitude qui vise à dire que plus c’est indigeste au début, plus c’est bon et que ceux qui n’adhère pas ne sont que des gros lourds qui n’ont pas compris les subtilités de l’afro-pop-rock-math-electronica de ce chef d’oeuvre. On peut admettre que Radiohead se plante et attendre le prochain album sans être un con ignare.
    Je suis musicien professionnel, Radiohead est pour moi le plus grand groupe de ces 15 dernières années, mais je n’aime pas leur dernier album et je n’ai pas envie qu’on me force à l’aimer avec des arguments que je trouve pompeux et très éloignés de l’essence même de la musique, tout simplement.

  17. Ashton

    21 février 2011 à 15 h 44 min

    J’ai compris la musique de sniffeurs de plastique
    vous n’avez rien compris si vous n’aimez pas
    C’est LE plus grand groupe/compositeur/artiste/concept de la galaxie interplanétaire toutes époques confondues.
    Ceux qui n’aiment pas, je leur pète à la gueule.
    J’ai dit!

  18. Gérard

    21 février 2011 à 17 h 31 min

    @Marcus Baccus: vous écoutez lorie? Vous vous êtes pas trompé de site?

  19. Gator

    21 février 2011 à 22 h 53 min

    Et désolé pour les fautes, j’ai rédigé mon post rapidos et j’ai pas eu le temps de me relire avant de le balancer. Du coup, quand je me relis maintenant et que je vois des trucs du genre “à force de l’écouté” ou “ceux qui n’adhère”, j’ai les dents qui grincent et je me dis que j’ai bâclé ma conjugaison et ma grammaire autant que Radiohead a bâclé son album. Sorry.

  20. aphex

    22 février 2011 à 11 h 39 min

    Radiohead a le droit de faire un album qui ne plait pas. Ce dernier opus ne me transcende pas (encore?). je garde espoir. Il m’a fallu un petit temps pour apprécier In Rainbows. Mtn je le trouve magnifique. Mais, peut-être the King Of Limbs ne laissera pas un souvenir impérissable. A voir.
    Quoi qu’il en soit, j’admire l’audace de ce gars qui, mis sur un piédestal et face à une attente monstrueuse, osent continuer à expérimenter, chercher en sachant qu’ils vont d’office décevoir une frange de leurs fans (et quitte à se planter?). Combien de grands groupes n’ont plus oser sortir de leur canevas sous la pression de leur public? Jusqu’à devenir des caricatures d’eux-mêmes bons pour la fm? Cure, U2, Rolling Stones, etc.
    Perso j’aurais été plus déçu par un album de bonnes chansons de “anthem rock” à la OK Computer. Simplement parce qu’il l’ont déjà fait. Et que OK Computer était une claque, pcq nouveau, pcq dans son époque. Ils cherchent, et moi j’aime bien.

  21. Gator

    22 février 2011 à 12 h 13 min

    Aphex, je suis assez d’accord avec ton analyse mais je reste sceptique (tel la fosse) sur certains points. Ces gars sont courageux et audacieux en continuant à expérimenter ? Peut-être, mais ça fait une grosse décennie que tout le monde dit (à raison, selon moi) qu’ils sont géniaux et inventifs. Et ils sont multi-millionnaires… Quel risque prennent-ils, en fait ? Ils savent que plus ils vont troubler voir agacer, plus une partie de leur fans les plus dévoués et de la presse la plus intello et élitiste va hurler au génie. Et si l’album est un échec commercial, ça ne va pas les mettre sur la paille.
    Jusqu’où peut aller l’expérimentation avant de devenir de la merde ? Quand on s’appelle Radiohead, j’ai l’impression que ça peut aller jusqu’à l’infini. Les gars pourraient bientôt laisser tourner la même boucle rythmique sur tout l’album en casant 3 notes de basse et un demi arpège passé dans un quelconque effet, puis allez hop, des petits pets en reverse par dessus ça ! Ca sera nul ? Nan, pas si c’est écrit Radiohead sur la pochette.
    Encore une fois, j’adore ce groupe et c’est pour ça que je suis déçu à ce point par l’album.
    Franchement, ré-écoutez les albums précédents au casque. Ecoutez rien que les 3 1ers morceaux de Hail To The Thief, tous 3 très différents, le 1er Rock-psyché, le 2ème électro, le 3ème ballade piano-voix. C’est ultra riche, c’est gavé de petits détails magnifiques, c’est construit d’une manière jouissive entre le début et la fin du morceau, ça évolue, bref c’est inventif mais c’est aussi CREATIF. Hier soir, j’ai réécouté pour la Xième ( et certainement dernière) fois The King Of The Limbs au casque, c’est plat, mais plat. Vous prenez quasiment tous les morceaux de l’album, vous prenez les 30 premières secondes, puis vous passez aux 30 dernières, c’est pareil, pas de changement, et entre ces 2 x 30 secondes identiques, il y a 3 bonnes minutes toujours quasi-identiques. Palpitant. En fait, très franchement, je crois qu’on peut adorer cet album à 2 conditions: soit en s’auto-persuadant tellement qu’il est génial parce que c’est Radiohead qu’on fini par y croire, soit en prenant des trucs, exta, pétard ou autres. C’est vrai que dans un autre état on peut s’ébahir et ne pas s’énerver sur des morceaux comme ça…

  22. Mr Wang

    22 février 2011 à 13 h 45 min

    Bizarre! Je suis fan depuis “Creep” 1992 et j’ai tout de suite apprécié tous les albums de Radiohead dès la première écoute. Alors je ne comprends pas tous les posts qui disent qu’il faut 10, 20, 50 écoutes avant de pouvoir apprécier l’album. Mon avis n’a jamais changé au fur et à mesure des écoutes, mais j’ai été par contre soufflé par la richesse des arrangements dès le début, même si à la 2ème ou 3ème écoute, on perçoit certains détails très minimalistes. Que vous faut-il comme “musique” pour pouvoir apprécier “la” musique? Se faire enfin un avis définitif sur un album après 10,20 ou 50 écoutes, ce n’est pas un peu du dédain par rapport à des mecs, on le sait depuis longtemps, qui passent un temps de fou à expérimenter, à peaufiner leurs oeuvres avant d’en sortir un produit fini qui tient, ironie, sur un objet aussi mince et petit qu’un CD ou un fichier électro de quelques centaines de Mo? Un Radiohead, ça mérite une écoute méga-active, non? Mais, en règle générale, je n’achète pas un CD pour l’écouter de manière distraite, alors Radiohead, n’en parlons pas! La richesse heurte dès le début, elle déconcerte, comme tout le monde. Mais que cela prenne autant de temps avant d’être apprécié, y a qqch qui m’échappe dans cette logique! C’est quoi cette histoire du d’abord: “C’est nul…”, puis: “A la réflexion, non j’aime bien quand même!” Faut savoir ce qu’on veut. J’ai écouté les albums de Radiohead, de l’un à l’autre, entre 20 et 30 fois chacun. Mon avis n’a pas bougé d’un iota. Kid A, j’ai adoré dès la première écoute, j’avais l’impression d’être un ET quand les potes me donnaient leur avis. Un Radiohead, ça mérite que vous vous investissiez à fond dedans. Voilà un groupe qui ne se fout de la balle de personne, contrairement aux groupes de merde qui pulullent et que Marcus Baccus écoute sans doute (tu verras que je suis pas dépressif, mec! Radiohead, ça a plutôt tendance à me foutre un bon coup de pied au cul et pas que The Bends). Un vrai remue-méninges, de la créativité 100% pur jus! On n’aime pas? OK! Chacun a le droit… Mais faut pas venir après retourner sa veste “pasque tiens maintenant j’ai compris”. Un peu d’honnêteté intellectuelle et de respect SVP! Ou alors, fallait s’arrêter à Modern Talking, là on est sûr de ne pas avoir de surprise.

  23. Gator

    22 février 2011 à 15 h 12 min

    Très intéressant ton point de vue Mr Wang. Je le partage assez ! Par contre, tu ne donnes pas ton avis sur le dernier Radiohead. Ca donne quoi, pour toi, à la première impression ?

  24. Mr Wang

    22 février 2011 à 16 h 05 min

    Merci Gator. Je ne l’ai pas encore écouté ni même zyeuté la vidéo. Je devrais le faire assez vite et je reviens vers toi ;-)

  25. aphex

    22 février 2011 à 16 h 07 min

    le débat sur la prétention de certains qui hurlent au génie pcq c’est du Radiohead, j’veux bien. Mais qui est le plus prétentieux? Le susnommé, ou alors celui qui, au contraire, estime avoir seul raison face à une horde de gens qu’il qualifie sans rire de moutons? Merci de se poser la question.

    Après, Gator écrit: “Les gars pourraient bientôt laisser tourner la même boucle rythmique sur tout l’album en casant 3 notes de basse et un demi arpège passé dans un quelconque effet, puis allez hop, des petits pets en reverse par dessus ça ! Ca sera nul ? Nan, pas si c’est écrit Radiohead sur la pochette”

    Ben non mon ami, c’est là que tu te trompes: nous ne sommes pas tous des cons. Mais l’avenir nous le dira. Des grands groupe qui ont sorti des daubes qui se sont mal vendus ça existe.

    Pour ton info, et je le dis sincèrement: l’album que j’ai perso le moins aimé (je devrais dire “adoré”) c’est précisément Hail to the Thief: Beaucoup trop éclectique et incohérent à mon goût, et ce au contraire de leur 7 autres albums. Un peu l’impression d’une bande de gars doués qui rassemblent tous ce qu’ils ont pu enregistrer sans savoir trier. Un album n’est pas qu’un ensemble de chansons. La force de ce groupe est justement d’emmener l’auditeur dans un univers cohérent et propre à eux. Sur Hail c’est un peu raté je trouve (bon, ‘tention, j’aime bien, juste inférieur aux autres). Comme quoi, les goûts et les couleurs…

    Je continue à penser qu’un album, quel qu’il soit met du temps à se digérer. Peut-être que ce ne sera jamais le coup de foudre, mais je le clame haut et fort: King of Limbs est déjà avec certitude bcp plus qu’un navet!

  26. Gator

    22 février 2011 à 17 h 12 min

    Hello Aphex !
    Quand tu dis: “le débat sur la prétention de certains qui hurlent au génie pcq c’est du Radiohead, j’veux bien. Mais qui est le plus prétentieux? Le susnommé, ou alors celui qui, au contraire, estime avoir seul raison face à une horde de gens qu’il qualifie sans rire de moutons? Merci de se poser la question.”, je suis d’accord avec toi et la question se pose. Je pense que les 2 sont prétentieux, celui qui crie au génie juste parce que les autres n’aiment pas et celui qui détruit juste parce que tous les autres aiment. Bref, celui qui se met en marge juste pour se mettre en marge et non en suivant son propre ressentis. Mais attention, je ne t’ai jamais mis dans la catégorie de ceux qui crient au génie et je ne dis pas que tous ceux qui aiment le dernier album sont des cons qui goberaient n’importe quelle merde du moment qu’elle est estampillée Radiohead. Mais reconnais qu’il y en a, tout comme il y a des gars qui vomissent sur n’importe qu’elle œuvre dés qu’elle a du succès auprès d’un public trop nombreux et pas assez élitiste. Je tiens sincèrement à respecter les goûts de chacun et je comprends, par exemple que Hail To The Thief ne soit pas ton album préféré et tes arguments sont d’ailleurs intéressants et justes. D’ailleurs je n’aime pas tout de cet album. J’espère que tu n’as pas mal compris mon propos et que tu ne penses pas que je veuille dicter mes propres goûts. Ce que je dis simplement c’est pourquoi je n’aime pas le dernier album excepté Give Up The Ghost que je trouve superbe et je disais surtout mon petit ras le bol face à certains commentaires qui consistent à dire que ceux qui osent ne pas aimer cet album sont des bas du front ignares qui ne comprennent rien à Radiohead et à la musique.

  27. Gator

    22 février 2011 à 17 h 15 min

    Et oui, tu as raison, cet album est bien plus qu’un navet, évidemment. Ce qui me chagrine, c’est que de Radiohead, j’attends mieux de leurs albums qu’ils sont juste plus que des navets…

  28. oreillesouvertes

    22 février 2011 à 19 h 05 min

    Ce qui est difficile c’est d’apprendre aux gens à ouvrir leurs oreilles et leur esprit pour écouter la musique, les sons, le rythme… ce qui est très différent d’écouter. C’est en y goûtant que l’on apprend à aimer et à apprécier… après que l’on n’aime pas la voix de T.Y c’est subjectif. Mai je regrette on ne peut pas dire que cet album est bâclé. Il s’y passe des tas de choses.

  29. Lau

    22 février 2011 à 22 h 11 min

    Radiohead serait-il un groupe intello pour têtes de noeud ? Ou l’inverse ?

  30. aphex

    23 février 2011 à 13 h 41 min

    Lau: je te concède que les auditeurs de Radiohead sont probablement plus intellos que les admirateurs de Britney Spears, Rihanna, ou Justin Bieber.

  31. benoît

    23 février 2011 à 21 h 00 min

    Tout ça c’est bien intéressant mais au bout d’un moment vous prenez du plaisir ou non à écouter le dernier Radiohead ? Je veux dire dans les 2/3 premières écoutes et non pas à la 498 ème !! Un prof m’avait dit en parlant de musique un jour qu’ “on aime une musique aussi parce qu’on la connaît”.
    Dans le cas de Radiohead, ne se force-t-on pas à aimer leurs dernières productions parce qu’on n’a peur de passer à côté de leur “génie” ?
    Je précise que je suis ce groupe depuis The Bends, que depuis In Rainbows ils m’ennuient terriblement et que celui-ci n’arrange rien. Je le trouve même encore plus chiant. Il devrait peut-être s’occuper plus de la Musique au lieu de réfléchir à sa distribution car je ne pense pas qu’ils soient en mal de pognon.
    Bonne soirée et bon débat

  32. BlueTak

    23 février 2011 à 21 h 58 min

    Moi qui suis un grand admirateur de Erik Truffaz (trompettiste de jazz révolutionnaire – le premier à avoir introduit le drum n’bass dans cette musique ) je suis sur qu’il fera un jour quelque chose avec les Radiohead. Ils ont la même envie de faire une musique nouvelle à chaque disque.

  33. Gator

    24 février 2011 à 0 h 57 min

    Oreillesouvertes, c’est typiquement le genre d’argument qui m’irrite. Si on n’aime pas, c’est qu’on ne sait pas écouter, qu’on a pas l’oreille éduquée. Mais la musique est mon métier ! Je pourrais relever sur partition chaque piste de cet album à la triple croche près. Quand j’écoute Radiohead (et les autres musiques) mes oreilles sont grandes ouvertes sur tous les arrangements, les moindres détails, les polyrythmies avec lesquelles ils adorent jouer. Je ne dis pas ça pour me la péter et dire que mon jugement est le meilleur, je veux juste dire, encore une fois, qu’on a le droit de ne pas aimer cet album sans être un gars mal dégrossi et sans avoir les oreilles pourries. J’irais même plus loin: à force de n’écouter la musique que de manière analytique avec des oreilles de plus en plus éduquées et aiguisées, on en vient à passer à côté du principal: l’émotion ! La chair de poule que peut engendrer un morceau très simple et pas forcément révolutionnaire ! Vous savez, un morceau que des millions de gens pourraient aimer (Haaaaarggg, je vous vois hurler Vade Retro !!!).
    Qu’on aime la direction de cet album, je le conçois parfaitement, c’est une question de goût et ça ne se discute pas, mais qu’on arrête de vouloir m’imposer l’idée qu’il s’y passe plein de choses et que les morceaux sont super riches car c’est juste faux. De tous leurs albums, c’est le plus plat et linéaire au niveau de la composition et de la construction des morceaux. Dites-moi plutôt que vous aimez son côté transcendantal, hypnotique, carcéral, mais arrêtez de me dire que c’est un bijou de créativité et que je n’ai pas les oreilles pour m’en rendre compte, pitié.
    Sinon, je partage complètement l’avis de Benoît, si ce n’est que j’ai plutôt aimé In Rainbows. Mais sa question est super pertinente: prenez-vous vraiment du plaisir à écouter cet album dés les 1ères écoutes ? Parce qu’au bout de 50 écoutes avec la volonté de l’aimer parce qu’il est l’œuvre de votre groupe fétiche, vous finirez forcément par l’aimer comme vous l’aimeriez même si il ne contenait qu’une piste de 30 minutes durant laquelle on n’entendrait que du didgeridoo + claquettes + 2 notes de basses + 3 soupirs et enfin quelques vocalises de Thom Yorke.

  34. Tom Yorke

    24 février 2011 à 8 h 58 min

    même si il ne contenait qu’une piste de 30 minutes durant laquelle on n’entendrait que du didgeridoo + claquettes + 2 notes de basses + 3 soupirs et enfin quelques vocalises de Thom Yorke.

    –> Hey Man, you just gave a hint of what the next album could be. this is just brilliant!

  35. aphex

    24 février 2011 à 9 h 12 min

    pour répondre à Gator et benoît:

    OUI j’ai pris du plaisir dès la première écoute et ce plaisir va croissant. Mais je suis en mesure de dire que the King of Limbs est à mes yeux un bon album mais pas leur meilleur. Pour info j’ai réécouté kid A et je pense avoir pris encore + mon pied d’auparavant (alors que j’ai déjà du l’écouter 1000 x) y’a-t-il une fin?

    Et enfin, si à la 1ère écoute j’aime pas, je me permet éventuellement une 2ième écoute. Si ça passe toujours pas, j’arrête.

    @Bluetak: Truffaz c’est excellent, et de fait, il y a une démarche (légèrement) semblable à celle de radiohead

  36. Gator

    24 février 2011 à 10 h 36 min

    Merci Aphex pour ta réponse simple et dépourvue de “donnage” de leçons. Tu aimes et c’est très bien, d’autres, comme moi, n’aiment pas et c’est tant pis; on dit pourquoi on aime ou pas et on n’essaye pas de faire comprendre à l’autre que c’est un naze parce qu’il n’a pas le même avis.

  37. Lau

    24 février 2011 à 10 h 47 min

    Décrit par Robert Zajonc (1968), l’effet de simple exposition se caractérise par une augmentation de la probabilité d’avoir un sentiment positif envers quelqu’un ou quelque chose par la simple exposition répétée à cette personne ou cet objet. En d’autres termes plus nous sommes exposés à un stimulus (personne, produit de consommation, lieu) et plus il est probable que nous l’aimions.

  38. Haï

    24 février 2011 à 18 h 58 min

    Caramba, encore… réussi !
    J’aurais pourtant juré il y a trois jours que Mr Thom, son chapeau melon et ses acolytes avaient enfin lamentablement échoué dans leur projet grotesque d’ambition d’allier Steve Reich, Autechre et Kid A.
    enfin j’allais pouvoir me fendre d’une vraie chro de critique rock, affreuse, bête et méchante.
    Eh bien, c’est encore raté.
    Enfin, il me reste peut-être une chance : on dit qu’il y aurait un TKOL part II en vue…

  39. Rikai Zaza

    25 février 2011 à 9 h 43 min

    Quelqu’un peut me faire un résumé de la situation ? Les débats sont animés et trop longs pour une fin de semaine.
    Si personne ne se dévoue pour un résumé, qui peut me dire si cet album est bien ou pas ? Quelqu’un aurait une réponse définitive et courte là-dessus ?
    Merci, vous êtes des choux :)

  40. aphex

    25 février 2011 à 10 h 51 min

    @Haï: le coup du partII ça mm’a tout l’air d’un gros hoax.

    @ Rikaï: en bref:
    - y’a ceux qui aiment et qui disent que c’est nul de pas aimer
    - y’a ceux qui aiment pas et qui disent c’est nul d’aimer
    - y’a ceux qui aiment un peu et qui disent que plus on écoute + on aime
    - y’a ceux qui trouve que c’est nul de devoir écouter beaucoup pour aimer

    bonne chance…

  41. Haï

    25 février 2011 à 17 h 45 min

    @aphex
    Aucune info particulière. Et je ne lis pas dans le marc de café. Je me disais juste que sortir un volume II dans qqs mois (pas forcément intitulé TKOLII)plus grand public serait une si bonne affaire qu’ils n’ont pas pu ne pas y penser. C’est qu’en plus d’avoir les musiciens les plus doués et une sorte de génie des Mille Et Une Nuits, l’entité Radiohead semblent posséder en son sein un businessman de première force. Tous les fans de base restés exangues après le volume 1, qu’ils ont payés néanmoins, vu qu’ils étaient en manque depuis 4 longues années, devraient se jeter comme des morts de faim sur un 2 plus accessible, mais probablement pas moins cher. Et hop, le tour est joué.

  42. Rikai Zaza

    26 février 2011 à 22 h 34 min

    Aphex, merci pour ton message : j’ai bien ri :)

  43. Mr Wang

    28 février 2011 à 14 h 18 min

    A Gator: Comme tu me l’avais demandé, je te donne mon avis sur TKoL: je l’ai écouté deux fois, mais mon avis n’a pas changé entre les deux, que du contraire. J’y ai vraiment retrouvé ce que j’aime chez Radiohead, de leur période se situant entre Kid A et In Rainbows, si ce n’est que cette fois, c’est plus minimaliste. Je peux comprendre ton commentaire quand tu trouves cela moins riche que d’autres albums du groupe, mais je t’avoue que j’ai franchement adoré. Les ambiances sont toujours aussi savamment distillées et ce n’est pas donné à tout le monde, même quand c’est du minimaliste comme c’est le cas ici. La voix de Thom Yorke me paraît encore plus posée et moins débridée que comme elle pouvait l’être encore sur In rainbows. Je pense que c’est qqch de neuf tout de même, je ne pense pas me tromper en disant qu’il a bossé beaucoup, même si la production (effets divers comme réverbe, distorsions, saturations) y est aussi pour qqch. Sinon, qu’il n’y ait qu’une guitare de temps en temps, que le batteur ait dû faire son chômage technique ne me gêne aucunement. Et les atmosphères de ce disque, putain, ça me laisse vraiment songeur dans le bon sens du terme sur l’origine conceptuelle de cet album. Dès les premières secondes de Bloom, j’accroche, vraiment! Mais j’ai toujours aimé l’ambient et depuis que Radiohead est arrivé à marier aussi bien le rock et ce style, mon admiration pour leur musique n’a cessé de grandir. Mes morceaux favoris: Bloom (obsédant, super entrée en matière), Little by little (un peu l’intrus dans tout ça, non? ;-) ), Feral, Lotus Flower (très didjé-isant comme morceau), Codex (sublime piano, mais ils en ont déjà fait plusieurs dans ce style-là!), Give up the ghost (chant et contre-chant vraiment bien placés) et Separator (belles harmonies vocales). Bref, ça reste dans la bonne lignée! Un de leurs meilleurs, je trouve.

  44. Mr Wank

    28 février 2011 à 16 h 01 min

    wank wank wank…

  45. Gator

    28 février 2011 à 22 h 42 min

    Hello Mr Wang, et merci pour ce compte-rendu détaillé. Je comprends ce qui te fait aimer cet album. C’est sûr qu’il y a du talent au niveau des ambiances et des sons. De mon côté, rien à faire, trop plat et répétitif pour moi. Mais c’est une question de goût. Moi, quand j’écoute ça, ça m’opprime. Pourtant je suis aussi sensible à ces ambiances incroyables typiquement radioheadiennes mais, chose bizarre, au bout d’une ou deux minute elles m’insupportent. Mais vraiment ! Feral, putain, tu aimes vraiment ce morceau ? Pour moi c’est insoutenable. D’ailleurs tu m’as fait marrer (je dis ça sans aucun cynisme) quand tu as cité tes morceaux préférés de l’album: ils y sont tous sauf un.
    De mon côté, j’aime vraiment beaucoup Codex et Give Up The Ghost. Même si j’ai toujours aimé et admiré le côté “recherche” chez Radiohead, ces deux morceaux contiennent tout ce que j’aime chez eux, le côté planant, envoutant, et la mélodie car derrière leur côté torturé et laborantins de la musique, ce sont de grands mélodistes. Chose qu’ils ont trop mis de côté à mon goût, sur cet album. C’est mon grand reproche. Ça n’engage que moi, mais sur les autres albums, même les plus avant-gardistes comme Kid A, ils restaient des mélodistes (excepté sur quelques morceaux). Sur The King Of The Limb, ils ne le sont plus, à part sur 2 morceaux, ce qui fait peu, et j’estime que sans la mélodie, ils ne sont plus que d’excellents “ambianceurs”, comme une pléiade de formations électro peuvent l’être. Reste bien sûr le timbre si particulier de Thom Yorke, mais je trouve ça trop facile. Pour moi, quelques boucles et sa voix ne peuvent pas suffire à faire du grand Radiohead. Mais ça n’est que mon humble avis.

  46. Mr Wank

    1 mars 2011 à 10 h 19 min

    en fait c’est ça raidohead, des gars qui créent une musique de fond, bon pour la STIB!

  47. Mr Wang

    1 mars 2011 à 11 h 13 min

    Je passerai sur les “commentaires” de Mr Wank (que veux-tu, mec, on ne peut pas se mettre à ton niveau de petitesse, alors on passe!). Gator, merci pour ta réponse. Je comprends ton approche critique, elle se défend. Je pense pour ma part que, sans vouloir éclipser l’origine et l’historique de ce groupe, j’essaie en général de ne voir que la musique sans trop tenir compte du passé du groupe, même si cela peut décontenancer comme ici. En ce sens, on peut dire que Feral n’est pas purement du Radiohead. Toujours est-il que facile ou pas, ce morceau fait passer qqch. La musique, c’est aussi ça, non? Un message! Là où je te rejoins tout à fait par contre, c’est pour Codex, très beau et mélodique! Mais sans la voix de Yorke, ça ne serait déjà plus tout à fait ça. Et c’est aussi le genre de truc qu’ils font depuis un sacré bout de temps. Rappelle-toi le début de Pyramid Song (pas les mêmes arrangements, mais thématique musicale très similaire)… Bref, y à boire et à manger! Je pense qu’ils devront réconcilier leurs fans sur scène. En espérant les y voir asap.

  48. Mr Wank

    1 mars 2011 à 12 h 43 min

    Non sûr que tu es trop dans ton délire “je conçois la démarche artistique mais je suis spontané dans mon écoute tout en étant à l’affût de la nouveauté réinventée par le truchement d’une ambiance qui fait passer un message”…

    Mon message “Wank Wank Wank” dit exactement la même chose en 3 mots.
    Ne vois-tu donc pas dans mon style la réinvention d’un genre littéraire imbriqué dans l’évolution paradigmique inverse telle l’éllipse de l’innovation aynt pour plus grand dénominateur commun le complément d’objet indirect?

    Ce que je dis depuis le début: les mecs qui aiment radiohead jouent plus avec leur zgoubi, les autres préfèrent la spontanéité, l’énergie, le partage, quite à ne pas avoir l’air de réinventer la roue (alors que comme diraient les autres, tu passes trois pets en boucle sur une piste inversée et tu y es).

    Va épuiser ta boîte de kleenex…

  49. aphex

    1 mars 2011 à 13 h 26 min

    Bon, cher Wankwankwank, comme je disais plus haut:
    “- y’a ceux qui aiment pas et qui disent c’est nul d’aimer”

    Et si “tu passes trois pets en boucle sur une piste inversée et tu y es”, mais OUI, fonce! Regarde le petits radioheads, ils gagnent des millions en le faisant. Vas-y, tu viens de découvrir un fillon. A toi strass et paillettes!

    D’ailleurs – rien à voir – vous connaissez Kandinsky? Ben c’est nul, c’est que des aplats de couleurs unie. Tout le monde sait le faire! Et Warhol? pfff, des photos décolorées, et en plus quand il colorie, il déborde.

    la House? Un bète beat (fait par une machine!!!) et 3-4 notes. débile!

    Tu as vu juste Wankman: plus c’est simple plus c’est nul. La valeur d’une oeuvre tiens à sa complexité technique! Faudrait d’ailleurs même plus écouter de musique: juste un fascicule regroupant partition et autres documents techniques devraient suffire à nous indiquer la complexité de la “création”, et donc sa qualité finale.

    Allez, sur ce, je retourne à mon – comment tu dis encore?, ha oui, zgoubi.

  50. Mr Wang

    1 mars 2011 à 13 h 30 min

    Extraordinaire! :-D Merci pour ces 20 secondes de bonheur, Wanker! J’adore ta 1ère phrase, typique vocabulaire de danseur de techtonique…
    “Ce que je dis depuis le début”… Mais on s’en fout de ce que tu dis, sac à papier!!!!!
    Ton problème? Tu ne t’aimes pas!

  51. Gator

    1 mars 2011 à 14 h 53 min

    Putain, ça part en couille ! Mais j’avoue que j’ai bien ri. Radiohead aura eu au moins le mérite d’animer le débat même dans ses pires travers (de porc (désolé, j’ai pas pu me retenir)).

  52. Gator

    1 mars 2011 à 15 h 15 min

    Énorme le lien Jean Ti !

  53. Jean Ti

    2 mars 2011 à 8 h 18 min

  54. troub

    28 mars 2011 à 21 h 20 min

    Les inrocks se sont fait une spécialité de cracher dans la soupe, de tailler des costards et semble détenir le monopole du bon goût…
    Les journalistes doivent faire des critiques, pas des diatribes. Qu’ils gardent leur aigreur et me laissent écouter ce disque peinard, il est encore fantastique.
    J’y retourne.

  55. Beckett

    10 janvier 2012 à 11 h 45 min

    Grand fan mais là… bouh. Un grand patchwork de son, un exercice de collage un peu vain et ennuyeux. Objectivement, je trouve que c’est leur plus mauvais disque.
    Depuis quelques temps Thom semble s’ennuyer avec Radiohead, le groupe à perdu son jus (Cf leur dernière prestation live à la télé US… molle, pas en place, bref, très en dessous). En revanche, sa nouvelle experience avec Atom’s for peace,le groupe avec Flea qui reprends pas mal de morceaux de “the Eraser”, est beaucoup plus convaincante. Regardez Les vidéos live d’ Atoms for peace, sont tellement plus excitantes musicalement! Que de bon morceaux (“skip divided”, “black swan”)! La section rythmique tellement plus Groovy, l’energie qui se dégage, wah! Ca c’est Thom, et ça f

  56. Beckett

    10 janvier 2012 à 11 h 52 min

    Grand fan mais là… bouh. Un grand patchwork de son, un exercice de collage un peu vain et ennuyeux. Objectivement, je trouve que c’est leur plus mauvais disque.
    Depuis quelques temps Thom semble s’ennuyer avec Radiohead, le groupe à perdu son jus (leur dernière prestation live à la télé US… molle, pas en place, bref, très en dessous). En revanche, sa nouvelle experience avec Atom’s for peace,le groupe avec Flea qui reprends pas mal de morceaux de “the Eraser”, est beaucoup plus convaincante. Regardez Les vidéos live. Que de bon morceaux (“skip divided”, “black” swan”)! Quelle section rythmique! Quelle energie! Wah! Je pense que Thom est à l’étroit avec radiohead, à présent, et que son avenir est avec d’autre partenaires. Oublions vite King of the limbs.

  57. aphex

    15 mars 2012 à 15 h 36 min

    pour reprendre un débat entamé il y a longtemps : je confirme : plus on écoute, plus on aime. En fait TKOL est juste un disque énorme !

  58. Domi2a

    27 juillet 2012 à 16 h 29 min

    J’ai écouté, j’ai aimé. J’ai réécouté, j’ai aimé. Et on ne pourra pas me dire que je n’ai pas le recul nécessaire …! Je les ai vu en Live, les morceaux de TKOL prennent une toute autre dimension.

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>