Your song 3# : Roxanne, The Police

15_roxanne

Question : peut-on  être un musicien bien propre, rangé des affaires et respecté aux quatre coins de la planète  en ayant accédé à la gloire grâce à une prostituée ? La réponse est Oui !

En 1977, un certain Gordon Sumner, surnommé Sting, chanteur d’un groupe assez obscur, The Police, rentre à son hôtel après un concert donné dans la capitale. Dans le hall, une grande affiche de Cyrano De Bergerac, la célèbre pièce d’Edmond Rostand. Pour les distraits et/ou les illettrés, Cyrano, un cadet de Gascogne particulièrement fougueux,  est  secrètement amoureux  de sa cousine, une femme également convoitée par un de ses camarades, le beau quoique transparent Christian. Mais Cyrano ne peut l’aimer car, affublé d’un nez kilométrique, il se croit trop laid, surtout comparé à Christian, qui,lui, a un nez tout à fait normal. Cette femme qu’il aime d’un amour impossible s’appelle Roxane. Avec 1 n.

La machine à écrire des chansons se met en route. Le nouveau titre de Police commencera par un cri : Roxanne. Avec deux N (mais cela ne s’entend pas). Une question qu’il faudrait d’ailleurs poser à Sting : pourquoi tant de N ?

Dans la chanson, Roxanne est une prostituée. L’homme qui hurle son nom est tout simplement tombé amoureux d’elle. Tout bête. Coup classique, il veut la sortir du ruisseau. C’est pourquoi il l’implore « you don’t have to put on the red light », tu ne dois pas allumer la petite lampe rouge – le signe qu’elle est ‘en service’. Tu ne dois pas non plus porter cette robe « you don’t have to wear that dress tonight »… Il faut que tu arrêtes de faire le trottoir pour gagner ta vie « walk the streets for money ».

Ce type est amoureux de Roxanne depuis qu’il la connaît « I love you since I knew you », il ne va pas lui faire la leçon ou lui parler comme à un enfant « I wouldn’t  talk down to you ». Tout simplement, il ne veut plus la partager avec d’autres hommes. « I won’t share you with another boy ». Ma décision est prise, « my mind is made up », tu remballes son maquillage « put away your make up » « told you once, I won’t tell you again, it’s a bad way », je te l’ai déjà dit je ne le dirai plus, c’est pas une vie.

L’anonyme amateur de filles de joie et Cyrano De Bergerac, c’est donc du kif, l’histoire d’un amour impossible : un homme aime une femme qui ne peut l’aimer en retour. Bon, d’accord, Sting n’a probablement pas lu le livre, parce qu’à la fin de l’histoire, Roxane se rend compte trop tard que l’homme qu’elle aime est Cyrano et non Christian. C’est Cyrano qui rédigeait les sublimes mots d’amour que Christian lui lançait de dessous le balcon. Roxane était amoureuse du poète, pas du beau gosse… Mais bon, peu importe,d’après Sting lui-même qui l’écrit dans son autobiographie  Broken Music, cette géniale association de deux personnages a changé sa vie puisque c’est ce single, le deuxième du groupe, paru en 1978,  qui a installé Police au firmament du rock.

The Police Roxanne

Roxanne, you don’t have to put on the red light
Those days are over
You don’t have to sell your body to the night
Roxanne, you don’t have to wear that dress tonight
Walk the streets for money
You don’t care if it’s wrong or if it’s right

Roxanne, you don’t have to put on the red light
Roxanne, you don’t have to put on the red light
Put on the red light
Put on the red light
Put on the red light
Put on the red light
Put on the red light
Roxanne

Ever since I knew you
I wouldn’t talk down to you
I have to tell you just how I feel
I won’t share you with another boy
I know my mind is made up
So put away your make up
Told you once I won’t tell you again
It’s a bad way

Roxanne, you don’t have to put on the red light
Roxanne, you don’t have to put on the red light
You don’t have to put on the red light
Put on the red light
Put on the red light
Put on the red light
Put on the red light
Put on the red light
Put on the red light
Put on the red light
Put on the red light
Put on the red light
You don’t have to put on the red light
Put on the red light

{quick fade}

You don’t have to put on the red light
Put on the red light
You don’t have to


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>