T-shirts, BD, jeux : Popeye est à vous !

BD Le marin est dans le domaine public

Depuis le 1er janvier, l’image de Popeye le marin est libre de droits en Europe.
Vous pouvez lui faire manger du céleri !

Ça changera son habituel régime d’épinards. Quoique ! Popeye sans sa boîte de spinach, c’est comme un marin sans casquette, sans pipe et sans ancre tatouée sur l’avant-bras. Ce n’est pas vraiment Popeye pour tout dire. Tant pis pour le céleri, les épinards continueront à faire l’affaire.

Il n’empêche. Le célèbre marin est maintenant à la disposition de tous en Europe. Depuis le 1er janvier, il n’est plus protégé par le droit d’auteur. Et chacun peut en faire ce qu’il veut : l’imprimer sur des tee-shirts ou des boîtes d’épinards, refaire des BD, rééditer les BD anciennes, etc. sans payer aucun droit. Explication.

Le monde du droit d’auteur est divisé en quelque sorte en deux zones : celle des plus de 50 ans et celle des plus de 70 ans. Dans la première, les droits d’auteur sont protégés pendant 50 ans après la mort de l’auteur. Dans la seconde, ce délai est de 70 ans. Les pays européens se sont tous alignés sur une directive de l’Union européenne du 29 octobre 1993 et se basent sur le délai de 70 ans.

L’année qui suit le 70e anniversaire de la mort d’un créateur, les droits sont libérés. Ils le sont donc pour Popeye, le personnage d’Elsie Crisler Segar, mort en 1938.

« C’est très marquant parce que Popeye est un héros vivant, explique Alain Berenboom, juriste spécialisé dans le droit d’auteur. Little Nemo est aussi dans le domaine public, mais ça suscite moins d’enthousiasme. Aujourd’hui donc, on peut se mettre à dessiner gratuitement de nouvelles aventures de Popeye, les gens peuvent faire de l’argent avec des nouvelles BD, de nouveaux dessins animés, en rééditant les Popeye des années 1930. N’importe qui peut même créer de nouvelles aventures de Popeye et s’approprier des droits d’auteur sur ses aventures à lui. »

Partout dans le monde ? Pas aux États-Unis. Ceux-ci se sont alignés sur l’Europe, mais pour tout ce qui est nouveau. Les anciennes créations se basent encore sur le système du copyright, du dépôt à la Librairie du Congrès, comme celle d’une marque. Et là, le délai est de 95 ans : Popeye, créé en 1929, sera libéré en 2024.

Mais revenons à l’Europe. Popeye est à vous, en effet. Encore faut-il donner une nouvelle vie à ce personnage, qui le rende suffisamment contemporain pour qu’il suscite de l’intérêt. Un peu comme Tome et Janry ont pu le faire avec le Petit Spirou. Ce n’est pas si évident. Mais sûr que des gens vont chercher. Après tout, en 2008, dans le monde, Popeye a généré 1,5 milliard de dollars pour l’ensemble des produits dérivés.

Attention encore ! Refaire du Popeye, oui. Mais diffuser les dessins animés de Popeye sans payer de droits, non ! C’est que ces dessins animés sont l’œuvre des frères Max et Dave Fleischer. Le premier est mort en 1972, le second en 1979. On a le temps…

Slezar n’est pas la seule personnalité décédée en 1938. Sur le site www.xanga.com/publicdomain, on recense tous les décès de personnalités susceptibles d’attirer des droits d’auteur. Les musiciens de blues et de jazz Joe King Oliver, Robert Johnson, (les célèbres « Cross Road Blues » et « Dust my broom », W.C. Handy (le fameux « Saint-Louis Blues »), le caricaturiste et auteur de films d’animation français Emile Cohl, les écrivains tchèque Karel Capek et italien Gabriele d’Annunzio, l’auteur de romans populaires français Gustave Le Rouge, le poète Francis Jammes, les peintres Suzanne Valadon et Maurice de Vlaeminck. Et même le politicien et essayiste belge Emile Vandervelde. Toutes leurs œuvres sont maintenant libres de droit.

De la vaisselle avec du Vlaeminck ? Des dentelles Valadon ? Une resucée des aventures du mystérieux Docteur Cornelius ? Des samples de Handy, Oliver et Johnson ? Tout cela est possible gratuitement aujourd’hui.

Et demain ? Si les Pieds Nickelés et Rouletabille sont libres de droit depuis 2004 et 1997, Arsène Lupin ne le sera qu’en 2012 : Maurice Leblanc est mort le 6 novembre 1941. Le gentleman cambrioleur suscitera-t-il de nouvelles aventures ?

VANTROYEN,JEAN-CLAUDE
Cette entrée a été publiée dans Culture, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.