Dix millions pour les victimes

Ghislenghien Les neuf compagnies d’assurances ont trouvé un accord

Unique. L’annonce faite conjointement ce lundi par le ministre de la Justice Stefaan De Clerck, par Assuralia – l’union des compagnies d’assurances – et par la fondation Ghislenghien concernant l’indemnisation des victimes les plus gravement touchées par l’explosion de gaz qui a endeuillé la cité hennuyère le 30 août 2004 est une première.

Ces 150 personnes se partageront entre 8 et 10 millions d’euros en fonction de l’ampleur de leurs blessures. Mais surtout, elles ne devront pas attendre l’issue du procès-fleuve qui va s’ouvrir ce 25 mai à Tournai. Selon le ministre, les premières indemnisations devraient déjà être accordées d’ici deux ou trois mois.

Concrètement, un quart des 600 victimes recevront dans les tout prochains jours un courrier individuel envoyé par leur assurance du travail ou par la fondation Ghislenghien. Après une dernière expertise médicale pour certaines de ces victimes, elles recevront une offre individualisée.

Libres de refuser l’offre

Ce funeste 30 août, 24 personnes ont péri après l’explosion accidentelle d’une canalisation de gaz à haute pression enterrée sous un terrain où se construisait le siège d’une entreprise.

Les 150 personnes qui auront accès à cette offre sont les victimes qui ont perdu un proche ou qui ont un degré d’invalidité supérieur à 20 %.

Si elles sont intéressées par la transaction, elles devront prendre contact avec le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO). Seuls ceux qui sont suivis par la fondation Ghislenghien devront encore subir une expertise médicale. Les autres ne subiront une expertise que pour évaluer l’éventuel préjudice esthétique.

« Quand ces documents seront collectés, ces victimes recevront une offre individualisée, correcte et équitable », commente Philippe Colle, administrateur délégué d’Assuralia.

« Cette offre couvrira tous les postes des dommages corporels : frais médicaux, perte de revenu, dommage moral, dommage ménager, effort accru, aide d’un tiers, frais administratifs et dommage esthétique. »

Bien évidemment, les victimes sont libres d’accepter ou de refuser cette transaction, si elles la trouvent insuffisante et qu’elles pensent pouvoir obtenir plus devant les tribunaux. « Dès qu’elles donneront leur accord, une transaction sera signée et il y aura paiement de l’indemnisation endéans les quinze jours », ajoute Philippe Colle.

Ces 8 à 10 millions que verseront les neuf compagnies d’assurances viennent gonfler l’enveloppe de 25 millions déjà versés par les assurances accidents de travail et les 3,2 millions avancés par la Fondation Ghislenghien qui se dit « très satisfaite de la proposition ».

Également très satisfait de cet accord, Stefaan De Clerck y voit « une nouvelle étape pour les victimes » : « Je compte d’ailleurs, dit-il, déposer une proposition de loi visant à accélérer l’indemnisation de pareilles catastrophes dans le futur. »

Le procès s’ouvrira à Tournai le 25 mai prochain. Quatorze personnes physiques et morales seront jugées.

DELEPIERRE,FREDERIC
Cette entrée a été publiée dans Belgique, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.