Marcel Béliveau piégé pour de bon

Télévision L’animateur québécois était le père de « Surprise sur prise »

Il faisait partie de ces personnalités de la télé qui entrent dans l’inconscient collectif à force de voir les meilleurs moments de leurs émissions diffusées, rediffusées et re-rediffusées au fil des années. Quatorze ans après la fin de la diffusion de ses émissions inédites sur les écrans français, Surprise sur prise reste très présente dans les esprits. Un soir de 1991, elle ira même jusqu’à réunir 15 millions de téléspectateurs français devant leur petit écran…

C’est en 1989 que l’on a vu apparaître cette émission sur les antennes de TF1. Son concepteur, Marcel Béliveau, un moustachu doté d’un accent qui ne laisse planer aucun doute sur ses origines, est un animateur québécois qui s’est fait une spécialité de piéger les gens. Mais, avec Surprise sur prise, il va au-delà de la caméra cachée puisque ce sont des personnalités qu’il piège.

Le succès est tel qu’il exporte le concept en France. Là aussi, c’est un triomphe. Au total, Béliveau vendra son concept dans 93 pays, ce qui lui rapportera 487 millions de dollars canadiens soit 313 millions d’euros.

Deux décennies plus tard, les séquences dues à Béliveau, qui apparaît à la fin pour expliquer le piège à ses victimes, sont toujours prisées des télés (sur TMC, Jean-Michel Zecca présente même Le meilleur de « Surprise sur prise »). Quelques-unes de ces séquences sont rentrées dans les annales : Elsa Lunghini piégée alors qu’elle passe son permis de conduire, Ségolène Royal coincée sur un pont de garage, Sim parlant tous les dialectes de la terre sous les yeux ébahis de Daniel Prévost… A chaque fois, les moyens mis en œuvre sont énormes comme le démontre le piège le plus fou réalisé par Béliveau : celui tendu à Thierry Lhermitte. Supporter du Paris Saint-Germain, il suit un match de football à la télévision quand il voit un de ses amis monter sur la pelouse et marquer un but superbe au gardien de Lille. Le signal de la télé de Lhermitte avait été détourné, tout le Parc des Princes et Thierry Roland étaient dans le coup.

Marcel Béliveau est décédé jeudi à 69 ans. Il luttait depuis 17 ans contre le cancer, qui l’avait attaqué à deux reprises déjà.

LAUWENS,JEAN-FRANCOIS
Cette entrée a été publiée dans Médias, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.