La profession élit Benjamin Biolay

Musique Les vingt-cinquièmes Victoires de la Musique

Petits plats dans les grands pour cette vingt-cinquième édition des Victoires de la Musique qui, samedi au Zénith de Paris, a réuni tous les présentateurs passés, y compris le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand.

A l’habituelle succession soporifique de remise des trophées, entrecoupée par l’inévitable prestation scénique de tous les nommés, cette édition anniversaire a heureusement eu le bonheur de nous offrir quelques beaux moments. A commencer par ce montage assez drôle de mercis étalés sur un quart de siècle. C’est pareil pour toutes les cérémonies de ce genre : on dit merci et, parfois, on pleure.

Mais à la différence des Césars qui ont pour eux d’avoir des Gad Elmaleh et Valérie Lemercier pour mettre de l’ambiance et de faire sourire la soirée, ici, on n’a jamais vraiment l’occasion de s’amuser.

On retiendra malgré tout les très beaux hommages à Michael Jackson (par M, Charlotte Gainsbourg et Amadou & Mariam), Charles Aznavour (par Maurane, Alexis HK, Benjamin Biolay, Amandine Bourgeois et Nolwenn Leroy, ces deux dernières n’étant même pas nommées !) et Stevie Wonder qui nous a servi un ravissant pot-pourri.

De Voulzy (1986) à Bashung (2009), on a pris plaisir à revoir les images de ces 24 éditions, avec son lot de larmes féminines.

Le palmarès 2010 a enfin sacré Benjamin Biolay, artiste et album de l’année, même si le public l’a privé d’une troisième Victoire en lui préférant Cœur de Pirate. Côté féminin justement, Charlotte Gainsbourg, grande favorite avec trois nominations, est repartie bredouille. Olivia Ruiz lui a ravi la statuette à deux reprises, alors qu’elle l’avait déjà reçue deux fois en 2007.

Izïa, la fille de Jacques Higelin,

par deux fois

Izïa est l’autre artiste à réaliser une belle opération, avec les Victoires de l’album rock et de la révélation scène. La petite punkette doit pourtant encore décider de chanter en français pour nous convaincre totalement de l’originalité de son univers musical. On en parlait encore cette semaine avec son père – Jacques Higelin – qui était de notre avis. Ça viendra, nous a-t-il confirmé.

Emily Loizeau, M, Dominique A, Ariane Moffatt, Revolver, Rachid Taha et Wax Tailor sont les autres artistes qui auraient mérité d’être récompensés. Les 1.226 votants de la profession leur ont préféré les excellents Birdy Nam Nam et Salif Keita, alors que Maxim Nucci, guère convaincant en français, a réussi une belle conversion en anglais sous le nom de Yodelice.

Au-delà de tous les hommages, on retiendra de cette édition 2010 des Victoires, un Biolay très touchant au moment des remerciements, faisant preuve d’une grande modestie quand il a rappelé à quel point il est difficile, voire vain, de succéder à Bashung.

Sur notre blog Frontstage du soir.be, le vote des internautes.

PALMARÈS

Tous les résultats

de cette 25e édition des Victoires de la Musique.

Artiste interprète masculin de l’année : Benjamin Biolay.

Artiste interprète féminine de l’année : Olivia Ruiz.

Album de l’année : La superbe

(Benjamin Biolay).

Album rock de l’année : Izïa (Izïa).

Album de musiques urbaines de l’année : L’arme de paix (Oxmo Puccino).

Album de musiques du monde de l’année : La différence (Salif Keita).

Enregistrement de musiques électroniques ou dance de l’année : Manual for a successful rioting (Birdy Nam Nam).

Chanson originale de l’année :

« Comme des enfants » (Cœur de Pirate).

Spectacle musical, concert ou tournée

de l’année : Johnny Hallyday (Tour 66).

Vidéo-clip de l’année : « Elle panique »

(Olivia Ruiz).

DVD musical de l’année : Alain Bashung

à l’Olympia (Alain Bashung).

Groupe ou artiste révélation du public

de l’année : Pony Pony Run Run.

Groupe ou artiste révélation scène

de l’année : Izïa.

Album révélation de l’année : Tree of life

(Yodelice)

COLJON,THIERRY
Cette entrée a été publiée dans Culture, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.