Histoire : Il était le dernier vétéran de 14-18

Claude Choules, un Australien d’origine britannique, est décédé à l’âge de 110 ans

Avec lui s’éteint l’ultime témoin de l’un des conflits les plus meurtriers de l’histoire : le Britannique Claude Choules, dernier combattant connu de la Première Guerre mondiale, est mort mercredi en Australie à l’âge de 110 ans.

On doit à la vérité de dire qu’un autre vétéran – une femme – de la Grande Guerre est toujours de ce monde, mais Florence Green, qui servait dans la Royal Air Force, n’a jamais combattu. Au contraire de Claude « Chuckles » Choules ou de l’Américain Franck Buckles, décédé en février dernier, à l’âge de 110 ans, lui aussi.

Né en 1901 à Wyre Piddle, dans les Midlands, Claude Choules avait menti sur son âge pour pouvoir s’engager, à 14 ans, dans la Royal Navy. Durant la Seconde Guerre mondiale, il avait à nouveau combattu comme officier dans la marine australienne après s’être installé aux antipodes. Choules – « qui détestait la guerre », a raconté son fils – était resté dans la marine après l’armistice : il avait terminé sa carrière sur un chalutier. Il était le père de deux filles et un fils et avait eu 13 petits-enfants, 26 arrière-petits-enfants et deux arrière-arrière-petits-enfants. Il ne donnait plus d’interview. « Il aimait encore, a raconté sa fille, son jus de mangue et ses chocolats mous. »

Ils étaient encore 7.000 au début de la décennie

On estime que 65 à 70 millions d’hommes ont pris part à la Première Guerre mondiale. Dix millions d’entre eux y perdirent la vie. On recensait encore près de 7.000 survivants au début des années 2000. Franck Buckles et Claude Choules étaient les derniers. L’Allemagne avait perdu son ultime vétéran avec le décès d’Erich Kästner, mort le 1er janvier 2008 à l’âge de 107 ans.

Le dernier combattant belge de 14-19 s’appelait Cyriel Barbary : il est décédé, à 105 ans, en septembre 2004, dans l’Etat du Michigan (Etats-Unis) où il avait émigré en 1923, peu après son mariage. Né le 4 août 1899 à Klerken, en Flandre occidentale, Cyriel Barbary avait combattu, à 18 ans, au sein du 2e régiment de ligne, de mai 1918 à janvier 1919. Il était revenu pour la dernière fois en Belgique en 1997.

Il était décédé peu de mois après Emile Brichard, mort à Villers-Poterie (Gerpinnes), le 8 juillet 2004, à l’âge de 104 ans. Brichard était tout à la fois un vétéran de la Grande Guerre et… de la Grande Boucle : pour avoir pris part au Tour de France en 1926, il était le plus âgé des anciens concurrents de l’épreuve toujours en vie. Victime d’une multitude de crevaisons, il avait été contraint à l’abandon dès la première journée, malgré ses quatre boyaux de réserve.

DETAILLE,STEPHANE
Cette entrée a été publiée dans Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.