1890 : marché aux chiens place Saint-Jean

marche aux chiens

Les marchands de chiens se donnaient rendez-vous sur la place Saint-Jean.

Joe Diericx de Ten Hamme, qui a écrit plusieurs volumes de « Souvenirs du vieux Bruxelles », consacre dans le Soir d’octobre 1893 deux chroniques aux nombreux marchés de Bruxelles depuis le Moyen Age.

Le 22 octobre, il conclut ainsi son article : « Enfin, dans différents endroits de la ville se rencontraient également de petits marchés, ayant leur cachet particulier, et qui méritaient bien de donner au vieux Bruxelles la réputation – comme nous le disions en commençant – de n’être qu’un vaste marché dans toute sa vieille enceinte.

C’est ainsi, entre autres, que les marchands de vin en gros se réunissaient dans les rues des Foulons et du Lombard, pour y opérer la vente de leur marchandise. D’autre part,  la rue du Marais était réservée aux petits marchands de grains.

Comme conclusion nous dirons que le public lui-même choisit l’emplacement de ses marchés, et qu’il est toujours dangereux de le contrarier dans son choix. C’est bien en vain que l’autorité cherche à désigner l’emplacement d’un marché et y élève des bâtiments somptueux. Le marché reste vide!

Je n’en veux pour preuve que le Marché de la Madeleine, aujourd’hui déjà condamné, et ce triste et ridicule Marché de la rue de la Loi, qui a coûté des sommes folles, dont les pierres sont de taille à construire tout un palais des Beaux Arts, et qui n’abrite aujourd’hui qu’un simple Tatersall.

Quoi que l’on fasse, public et vendeurs préféreront toujours le marché de la Grand’Place, malgré le vent et la pluie.

Le plus signalé service qu’on pourrait leur rendre, serait de l’agrandir en faisant disparaitre ce qui reste de l’église Saint-Nicolas, pour la transformer en une place qui ferait plus d’effet encore que le square des Augustins »

Cette entrée a été publiée dans La photo du vendredi. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.