Des robots pour remplacer nos abeilles

Il ne s’agit pas de science-fiction. Le projet RoboBee existe bel et bien depuis 2009 et a été dénoncé par Greenpeace dans une vidéo déroutante.

Tandis que nos abeilles disparaissent massivement, des laboratoires largement financés cherchent à mettre au point une solution… de remplacement ! Si ce projet peut avoir un intérêt du point de vue la robotique, il pose cependant un certain nombre de questions éthiques majeures, raison pour laquelle Greenpeace a choisit de le dénoncer.

Nous connaissons les causes principales de la disparition massive des pollinisateurs : pression environnementale globale, utilisation massive des pesticides, monoculture. Pourquoi ne pas agir sur les causes quand on peut éliminer les symptômes ? Parce ce que cela représenterait un manque à gagner considérable pour l’industrie phytopharmaceutique. En terme de profit, l’idéal serait de pouvoir continuer à épandre du poison sur nos cultures tout en contrôlant la pollinisation via des abeilles immunisées, des abeilles artificielles. La boucle serait bouclée. Une seule entreprise pourrait ainsi contrôler l’ensemble de la chaîne alimentaire : les semences, les intrants chimiques, les pollinisateurs,… Les OGM s’inscrivent dans la même logique : proposer des semences de plantes génétiquement modifiées pouvant résister aux pesticides vendus par ailleurs.

C’est le progrès nous diront-ils. Je répondrai qu’il ne peut y avoir de progrès durable sans une éthique forte. C’est ce que cherche à montrer Greenpeace dans cette vidéo déroutante :

greenbees

Votre happyculteur,

Stéphan

Cette entrée a été publiée dans La disparition des abeilles, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>